Électrisation d’un travailleur chez Gouttières Côte-Nord à Sept-Îles : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Sept-Îles, le 29 novembre 2018
​​

La CNESST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant occasionné de graves brûlures à M. Maxime Gagné, manœuvre pour l’entreprise Gouttières Côte-Nord, le 31 mai 2018 à Sept-Îles.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, M. Gagné se trouvait sur le balcon d’un immeuble d’habitation et s’affairait à installer une gouttière, avec l’aide des deux propriétaires de l’entreprise. Pour monter et placer la gouttière, l’équipe de travail utilisait une plateforme élévatrice à mât articulé, ainsi que l’escalier de l’immeuble. Plusieurs obstacles compliquaient l’installation, dont une ligne électrique de 14,4 kV qui longe le bâtiment. Alors que M. Gagné et un des propriétaires manipulaient la gouttière afin de la placer, une détonation s’est fait entendre. M. Gagné a reçu une décharge électrique et ses vêtements se sont enflammés. Il a subi de graves brûlures sur l’ensemble de son corps. Les secours ont été appelés sur les lieux et M. Gagné a été transporté à l’hôpital.

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • La gouttière a court-circuité la ligne électrique de 14,4 kV vers le balcon sur lequel se trouvait le travailleur;
  • Il y a eu absence de méthode de travail sécuritaire pour les travaux près d’une ligne électrique de 14,4 kV.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit à l’employeur, Gouttières Côte-Nord, de poursuivre ses travaux d’installation de gouttières près de la ligne électrique. Elle lui a également interdit d’utiliser sa plateforme élévatrice et a exigé que celle-ci soit soumise à une inspection pour démontrer sa conformité, puisqu’elle a été mise en cause dans un accident de nature électrique. L’employeur s’est conformé à ces exigences.

De plus, la CNESST a exigé de l’employeur qu’il élabore un programme d’accueil et d’intégration pour ses nouveaux employés.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents lors de travaux effectués à proximité de lignes électriques, des solutions existent, notamment :

  • prendre les dispositions nécessaires avec l’entreprise d’exploitation d’énergie électrique, avant le début des travaux, afin de rendre les lieux sécuritaires, par exemple par la pose de protecteurs de conducteurs pour une courte période;
  • s’assurer qu’en aucun temps des personnes, des outils, des équipements ou des matériaux ne peuvent s’approcher à moins de 3 mètres d’un fil à moyenne tension pendant les travaux.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l’Association de la construction du Québec (ACQ) ainsi qu’à l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) afin que leurs membres en soient informés;
  • Le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant les programmes d’études liés au secteur du bâtiment et des travaux publics pour sensibiliser les futurs travailleurs;
  • La CNESST a délivré à l’employeur, Gouttières Côte-Nord, un constat d’infraction. Pour ce type d’infractions, le montant de l’amende varie de 16 793 $ à 67 176 $ pour une première offense, et pourrait atteindre 335 882 $ en cas de récidive.
​​​​