Copropriétaire de la Ferme Melga inc. à Dixville décédé après
avoir été intoxiqué par des gaz d’ensilage : la CNESST dévoile
les conclusions de son enquête

Sherbrooke, le 29 avril 2020
​​

La CNESST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à M. Nicholas Lanciaux, copropriétaire de la Ferme Melga inc., le 27 juillet 2019, à Dixville.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, M. Lanciaux devait niveler l’ensilage du silo à l’aide d’une fourche pour installer une toile et des boudins. Pour ce faire, il est monté par l’échelle située dans la chute du silo. À environ 21 mètres du sol, il s’est immobilisé et a ouvert une porte menant à l’intérieur du silo. Son collègue, qui attendait M. Lanciaux en bas, l’a alors entendu prendre une ou deux grandes inspirations et il l’a ensuite vu tomber au sol. Les secours ont été appelés et la victime a été transportée à l’hôpital où son décès a été confirmé.

Cause de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • L’arrivée de gaz asphyxiants dans la zone respiratoire de M. Lanciaux a provoqué sa perte de conscience et a engendré sa chute mortelle (d’une hauteur d’environ 21 m);
  • La procédure consistant uniquement à ventiler le silo à l’aide du souffleur à fourrage avant d’y entrer était insuffisante pour assurer la sécurité de M. Lanciaux.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit l’accès à l’intérieur des silos et des chutes de silos de la Ferme Melga inc. Une procédure d’entrée en espace clos a été exigée avant que le travail ne puisse reprendre. L’employeur a ainsi mandaté une firme spécialisée afin de poursuivre les travaux en espace clos nécessaires au bon fonctionnement de la ferme.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents dans les silos-tours, des solutions existent. Par exemple :

  • Respectez une procédure complète d’entrée en espace clos : contrôle des énergies, ventilation, détection de gaz, protection respiratoire et protection contre les chutes (consultez la procédure émise par l’Union des producteurs agricoles [UPA] et par votre préventionniste);
  • Rappelez-vous que seule la détection des gaz (O2, CO2, NO et NO2) permet de vérifier si la ventilation est efficace et si l’atmosphère est sécuritaire dans les silos;
  • S’il est absolument indispensable d’entrer dans un silo alors que l’atmosphère n’est pas sûre, vous devez porter un appareil de protection respiratoire à adduction d’air pour vous protéger des gaz.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l’UPA, à l’organisation agricole Les Producteurs de lait du Québec et à l’Association canadienne de sécurité agricole, afin que leurs membres en soient informés.
  • La CNESST informera les fabricants et distributeurs de silos des conclusions de l’enquête.
  • Le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant des programmes d’études en agriculture afin de sensibiliser les futurs travailleurs.
​​​​​​​​