Accident mortel impliquant un superviseur de Métal Marquis inc. : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Rouyn-Noranda, le 24 septembre 2019

La CNESST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident ayant coûté la vie, le 13 avril 2019, à M. Daniel Therrien, superviseur pour l’entreprise Métal Marquis inc., située dans la municipalité de La Sarre, en Abitibi-Témiscamingue.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, M. Therrien s’affairait à l’installation d’un pont roulant dans l’usine. Une fois le sommier du pont roulant installé sur le chemin de roulement, le superviseur a actionné le mécanisme électrique d’ouverture de la porte de garage pour sortir à l’extérieur le camion-grue à flèche articulée ayant servi au montage. Lors de l’ouverture de la porte, une des barres de renforcement de celle-ci a percuté une pièce ajoutée au sommier. Le sommier a alors été soulevé de son emplacement, poussé hors du chemin de roulement et projeté au sol. Après avoir frappé le sol, le sommier a basculé et frappé M. Therrien à la tête. Les services d’urgence ont été appelés sur place et M. Therrien a été transporté au Centre hospitalier de La Sarre, où son décès a été constaté.

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • L’ouverture de la porte de garage a fait basculer et chuter le sommier préalablement installé sur le chemin de roulement, sommier qui a frappé mortellement le travailleur;
  • La planification des travaux, particulièrement le danger de chute du sommier lors de l’ouverture de la porte de garage, n’a pas fait l’objet d’une évaluation du risque selon une méthode reconnue. La distance entre la porte de garage et le sommier était ainsi inconnue.

À la suite de l’accident, la CNESST a exigé de l’employeur, pour autoriser la reprise des travaux d’installation du pont roulant, qu’il élabore une procédure de travail sécuritaire prenant en compte tous les éléments susceptibles de rendre la tâche non sécuritaire pour les travailleurs. L’employeur s’est conformé à cette exigence.

Comment éviter un accident

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • La CNESST transmettra son rapport d’enquête aux associations sectorielles paritaires ainsi qu’à l’ensemble des gestionnaires de mutuelles de prévention afin que leurs membres soient informés de ses conclusions;
  • Le rapport d'enquête sera diffusé dans les établissements de formation qui offrent les programmes d'étude Montage structural et architectural ainsi que Soudage-montage;
​​​​