Décès d’un travailleur des Entreprises Marcel Malo et Fils ltée : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Joliette, le 24 novembre 2020

La CNESST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à Samuel Malo, mécanicien pour Les Entreprises Marcel Malo et Fils ltée, le 8 avril 2019, à Saint-Paul.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, M. Malo était affecté à l’inspection mécanique de la plate-forme élévatrice à ciseau d’un client. Au moment de l’accident, il s’affairait à la vérification du fonctionnement du dispositif de sécurité de levage. Pour ce faire, il est monté sur la plate-forme et a activé la commande d’élévation du plancher. Celle-ci reposait sur ses pneus, sans les stabilisateurs déployés. Elle était élevée à environ 10,4 m de hauteur et les trois sections de ciseaux étaient déployées à leur maximum. Soudainement, la plate-forme a avancé et a arrêté brusquement. Ses roues arrière se sont soulevées de terre et, par la suite, elle a renversé et a frappé violemment le sol. Le travailleur a alors été projeté de la plate-forme. Les secours ont été appelés sur les lieux et M. Malo a été transporté au centre hospitalier. Il est décédé quelques heures plus tard des suites de ses blessures.

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • Le contournement d’un dispositif de sécurité et le déplacement de la plate-forme élévatrice ont entraîné son renversement et l’éjection du travailleur qui s’y trouvait;
  • La méthode d’inspection des dispositifs de sécurité était inadéquate, car elle ne tenait pas compte de la possibilité d’une défaillance.

À la suite de l’accident, la CNESST a exigé de l’employeur une méthode de travail sécuritaire pour l’inspection des appareils de levage. L’employeur s’est conformé à cette exigence.

Comment éviter un tel accident

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête aux associations suivantes afin qu’elles en informent leurs membres :

  • Association de location du Québec;
  • Association de la construction du Québec;
  • Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec;
  • Association québécoise des entrepreneurs en infrastructure;
  • Association patronale des entreprises en construction du Québec;
  • Association des entrepreneurs en construction du Québec;
  • Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec.

Également, la CNESST informera le comité technique CSA sur la norme des plates-formes élévatrices des conclusions de cette enquête.