Livreur de matériaux pour Les Ateliers de Rénovation R. P. ltée électrocuté sur un chantier résidentiel à La Rédemption :
la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Rimouski, le 22 janvier 2019
​​​​

La CNESST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail qui a coûté la vie, le 18 juillet 2018, à M. Louis Ouellet, opérateur pour Les Ateliers de Rénovation R. P. ltée, alors qu’il effectuait la livraison de matériaux sur un chantier résidentiel à La Rédemption.

Chronologie de l’accident

Le matin de l’accident, M. Ouellet est arrivé sur le chantier avec son camion à flèche articulée pour effectuer la livraison de bardeaux d’asphalte. Il s’est stationné, en façade du bâtiment, directement sous les lignes électriques. Il a ensuite sorti les stabilisateurs du camion et a levé la flèche articulée en utilisant un système de télécommande avec contrôleur portatif, à partir du sol, à côté du camion. Une première palette de bardeaux a été levée et amenée sur le toit. Alors que M. Ouellet s’affairait à manœuvrer la flèche articulée pour déplacer une deuxième palette, les travailleurs sur le toit ont entendu un grondement. En se retournant, ils ont vu un arc électrique à l’endroit où se situe le stabilisateur arrière droit, ainsi qu'un début d’incendie sur le camion. M. Ouellet s’est empressé de déposer la télécommande pour aller éteindre le moteur du camion. Lorsqu’il s’est approché de la cabine, il a reçu une décharge électrique. Il a été projeté et est tombé au sol, sur le côté. Les services d’urgence ont été appelés et M. Ouellet a été transporté à l’hôpital d’Amqui, où son décès a été constaté.

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • Les manœuvres de déchargement à partir du camion à flèche articulée se sont faites directement sous les lignes électriques sous tension;
  • La supervision exercée par l’employeur et la formation générale de l’opérateur pour manœuvrer et opérer le camion à flèche articulée près de lignes électriques étaient insuffisantes.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit aux Ateliers de Rénovation R. P. ltée la livraison de matériaux avec un camion à flèche articulée et a exigé qu’une formation soit donnée aux travailleurs concernés par cette tâche. À ce jour, l’interdiction est toujours en vigueur et les livraisons par camion à flèche articulée n’ont pas repris.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les risques d’électrisation ou d’électrocution lors de travaux à proximité d’une ligne électrique aérienne :

  • l’employeur doit s’assurer que les personnes, les pièces, les équipements et les éléments de machinerie se trouvent plus loin de la ligne électrique aérienne que les distances minimales d’approche prévues aux règlements, par exemple à plus de 3 mètres si la tension de la ligne est inférieure à 125 kilovolts (d’autres distances peuvent s’appliquer selon la tension de la ligne);
  • à défaut de pouvoir respecter les distances minimales prévues, il faut communiquer avec l’entreprise d’exploitation d’énergie électrique telle qu’Hydro-Québec pour convenir des mesures de sécurité à prendre;
  • advenant un contact avec une ligne électrique aérienne, il ne faut pas intervenir tant qu’une équipe de l’entreprise d’exploitation d’énergie électrique n’a pas sécurisé les lieux.
  • utiliser le point de levage spécifié par le fabricant lorsque cette information est à disposition;
  • utiliser des appareils de levage ayant la capacité requise et en bon état.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction afin que ses membres en soient informés;
  • Le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant les programmes d’études liés au secteur du bâtiment et des travaux publics, ainsi qu’au programme Transport par camion pour sensibiliser les futurs travailleurs.
​​​​​​