Un travailleur de l’entreprise Service de Pneus C. D. écrasé mortellement sous une chargeuse à neige : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Montréal, le 18 décembre 2018
​​

La CNESST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à M. Georges Malouli, technicien en réparation de pneus pour Service de Pneus C. D., le 1er février 2018, à Lachine.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, M. Malouli se trouvait sur le site de l’établissement Pépinière et paysagiste Marina inc. à Lachine, et s’affairait à installer les roues sur l’essieu arrière d’une chargeuse à neige. Pour ce faire, il a utilisé un cric et deux chandelles (supports en métal destinés au levage), qu’il a positionnés sous le véhicule. Afin d’ajuster la hauteur de l’essieu, le travailleur a retiré, dans un premier temps, les deux chandelles. Ensuite, tandis que la chargeuse était retenue par le cric, il s’est glissé sous celle-ci, du côté arrière gauche, afin d’actionner avec sa main la valve d’évacuation du cric hydraulique. C’est alors que la chargeuse a basculé de son point d’appui, chuté au sol et écrasé mortellement le travailleur. Les secours ont été appelés sur les lieux, où le décès de M. Malouli a été constaté.

Causes de l’accident

  • Le positionnement du cric au centre de l’essieu arrière et la descente rapide de la chargeuse à la suite de l’ouverture de la soupape d’évacuation ont déstabilisé la chargeuse, qui s’est écrasée au sol;
  • La méthode de travail utilisée était dangereuse puisqu’elle obligeait le travailleur à se placer sous la chargeuse alors qu’elle était supportée uniquement par un cric;
  • L’employeur ne s’est pas assuré que le travailleur avait reçu la formation et la supervision appropriées lui permettant d’effectuer le levage des véhicules de façon sécuritaire.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit à l’employeur, Service de Pneus C. D., toute opération de levage d’une chargeuse jusqu’à ce qu’il soumette une procédure de travail sécuritaire. L’employeur s’est conformé à ces exigences.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents lors du retrait et du changement des pneus sur un équipement lourd, des solutions existent, notamment :

  • ne jamais se tenir sous un véhicule retenu seulement par un cric;
  • privilégier l’utilisation d’un cric avec manche;
  • faire réaliser la tâche par une personne formée;
  • utiliser le point de levage spécifié par le fabricant lorsque cette information est à disposition;
  • utiliser des appareils de levage ayant la capacité requise et en bon état.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l’Association des spécialistes de pneus et mécanique du Québec afin que leurs membres en soient informés;
  • Le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant le programme d’études Mécanique de véhicules lourds pour sensibiliser les futurs travailleurs;
  • La CNESST a délivré à l’employeur, Service de Pneus C. D., un constat d’infraction. Pour ce type d’infractions, le montant de l’amende varie de 16 793 $ à 67 176 $ pour une première offense, et pourrait atteindre 335 882 $ en cas de récidive.