Décès d’un camionneur de l’entreprise Pronex Excavation inc. à Lachute : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Saint-Jérôme, le 9 juin 2020

La CNESST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à M. Nicolas Lauzon, camionneur pour l’entreprise Pronex Excavation inc., le 12 novembre 2019, à Lachute.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, M. Lauzon devait transporter deux barges vers un chantier de construction. Pour accomplir sa tâche, les barges devaient d’abord être chargées sur la remorque de son camion. Pour ce faire, la méthode de travail adoptée était d'utiliser, en tandem, une grue mobile et une chargeuse sur roues. La chargeuse sur roues a décollé la barge du sol en la soulevant légèrement. M. Lauzon est monté sur la barge pour faire l’installation du gréage de la grue. Il est ensuite descendu de celle-ci et s’est dirigé vers son camion. À ce moment, la barge partiellement soulevée par la grue a effectué un mouvement de balancier et a écrasé M. Lauzon contre le châssis de la grue. Les secours ont été appelés sur les lieux et M. Lauzon a été transporté au centre hospitalier, où son décès a été constaté.

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir trois causes pour expliquer l’accident :

  • Lors de l’opération de levage d’une barge, la position du moufle de la grue a entraîné un mouvement de balancier de la charge qui a écrasé le travailleur contre le châssis de la grue;
  • La méthode de travail qui consistait à utiliser une grue défectueuse en tandem avec une chargeuse ainsi que des accessoires de gréage inappropriés pour soulever la barge était dangereuse;
  • L’absence de formation pour le levage d’une charge à l’aide d’une grue faisait en sorte que des manœuvres dangereuses étaient effectuées.

À la suite de l’accident, la CNESST a ordonné la suspension des travaux de chargement des barges ainsi que l’utilisation de la grue mobile. La CNESST a exigé de l’employeur qu’il élabore un programme de prévention et qu’il détermine des méthodes et des techniques de travail pour les opérations de levage. L’employeur s’étant conformé à ces exigences, les travaux de levage ont pu reprendre.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents avec les appareils de levage, des solutions existent, notamment :

  • interdire le levage en tandem avec des équipements qui ne sont pas conçus pour effectuer ce type d’opération;
  • s’assurer que les équipements qui ne sont pas en bon état de fonctionnement ne peuvent être utilisés par les travailleurs;
  • inspecter, entretenir et réparer les grues mobiles conformément aux normes en vigueur pour qu’elles soient sécuritaires;
  • utiliser des accessoires de levage conçus à cet effet et dont les crochets sont munis de linguets de sécurité;
  • s’assurer qu’une grue mobile est utilisée par un opérateur ayant reçu une formation et un entraînement adéquats;
  • appliquer les règles de l’art pour le gréage et le levage de charges. Aligner le moufle avec le centre de gravité de la charge à soulever pour assurer la stabilité de celle-ci. Ne pas se tenir à proximité d’une charge soulevée par un appareil de levage.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l’Association de la construction du Québec (ACQ), à l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), à l’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ), à l’Association patronale des entreprises en construction du Québec (APECQ) et à l'Association des propriétaires de machinerie lourde du Québec;
  • La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l'Association des propriétaires de grues du Québec, aux associations sectorielles paritaires et aux gestionnaires de mutuelles de prévention afin que leurs membres en soient informés;
  • Le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant le programme d’études de conduite de grues et d'engins de chantier pour sensibiliser les futurs travailleurs.
​​​​