Aller au contenu principal

Travailleur écrasé mortellement par un ballot d’aluminium dans un établissement de La Compagnie Américaine Fer & Métaux inc. : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Laval, le 18 juin 2021

La CNESST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à M. Francis Cournoyer, ferblantier pour Airex Industries inc., le 11 janvier 2021, à Laval.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, M. Cournoyer se trouvait dans un établissement de La Compagnie Américaine Fer & Métaux inc., à Laval, et devait procéder à des travaux sur place. À la fin de sa journée de travail, il s’est dirigé, accompagné d’un collègue, vers la sortie du bâtiment. Tandis qu’il marchait vers la sortie, trois ballots d’aluminium, ayant chacun un poids d’au moins 571 kg, chutent d’une pile de six ballots de hauteur en direction de M. Cournoyer. Ce dernier s’est retrouvé écrasé sous l’un d’eux. Les secours ont été appelés sur les lieux, et M. Cournoyer a été transporté à un centre hospitalier, où son décès a été constaté. 

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir trois causes pour expliquer l’accident :

  • un travailleur a été écrasé par un ballot d’aluminium d’un poids d’au moins 571 kg, qui a chuté de plus de 2,3 m de haut;
  • la méthode d’entreposage des ballots d’aluminium a exposé les travailleurs aux risques de chute des piles;
  • la gestion de la santé et de la sécurité de l’entreposage et de la circulation était déficiente au bâtiment non ferreux. Cela s’explique par l’absence de moyens d’information efficaces, le manque de supervision et l’absence d’aménagement des voies de circulation. 

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit à La Compagnie Américaine Fer & Métaux inc. d’empiler des ballots d’aluminium à cet établissement et a interdit toute circulation dans la zone de chute des ballots. De plus, la CNESST a exigé l’élaboration d’une procédure de travail sécuritaire pour l’empilement des ballots, un processus d’inspection des piles et la formation des travailleurs et travailleuses sur les nouvelles mesures en place. 

L’employeur s’est conformé à ces exigences. 

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents liés à la stabilité des piles de matériaux, des solutions existent, notamment :

  • s’assurer que les piles de matériaux sont entreposées à une hauteur suffisante de façon que leur stabilité n’est pas compromise;
  • entreposer les piles de matériaux avec une configuration qui assure la stabilité des piles à l’aide d’une base de pile large et d’un centre de gravité bas, en entreposant le matériau le plus lourd en bas des piles, en entreposage intercalé ou en pyramide, etc.;
  • inspecter régulièrement les piles de matériaux entreposées et les réaménager au besoin;
  • délimiter les voies de circulation de manière à permettre la circulation sécuritaire des travailleuses et des travailleurs.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs et travailleuses doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête aux associations suivantes afin que leurs membres en soient informés : 

  • à toutes les associations sectorielles paritaires;
  • à l'ensemble des mutuelles de prévention;
  • à l’Association canadienne des industries du recyclage.