Aller au contenu principal

Décès d’un travailleur de l’entreprise Groupe Bertrand : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Québec, le 7 février 2024

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à un travailleur de l’entreprise Groupe Bertrand (9064-3818 Québec inc.), le 30 mai 2023, à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, le travailleur procédait au décapage au jet d’abrasif d’une remorque située sur le terrain extérieur de l’entreprise. Pour se protéger des risques liés à l’utilisation d’abrasifs, il utilisait un appareil de protection respiratoire à adduction d’air, alimenté par un compresseur lubrifié à l’huile fonctionnant au diesel. À un certain moment, un incendie s’est déclaré dans le compresseur. Le monoxyde de carbone produit par l’incendie a contaminé l’air acheminé au travailleur. En l’absence de mesures de protection adéquates, il a été exposé à une dose létale de monoxyde de carbone. Il a été retrouvé inanimé au sol. Les services d’urgence ont été appelés, et le décès a été constaté sur place. 

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • La combustion incomplète de l’huile, provoquée par un incendie dans le réservoir d’huile du bloc de compression, a généré des concentrations mortelles de monoxyde de carbone, qui ont été acheminées jusqu’à l’appareil de protection respiratoire à adduction d’air du travailleur.
  • L’employeur n’a pas fourni un équipement sécuritaire pour la production d’air comprimé respirable, ce qui a eu comme conséquence la contamination de l’air acheminé au travailleur.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit les travaux de décapage au jet d’abrasif avec le compresseur et a saisi les équipements à des fins d’analyse. Le 26 juillet 2023, la CNESST a remis les équipements à leurs propriétaires respectifs, qui ont ensuite procédé à leur destruction, étant donné leur état.

Comment éviter un tel accident

Le monoxyde de carbone est un gaz sans couleur, sans odeur et sans saveur difficile à détecter. Même une courte exposition peut entraîner des conséquences graves pouvant aller jusqu’au décès, surtout si la concentration est importante. Lorsqu’un travailleur effectue une tâche qui pourrait l’exposer au monoxyde de carbone, des moyens de prévention doivent être mis en place pour assurer sa santé et sa sécurité.

Pour prévenir le danger d’intoxication lié à l’utilisation d’un appareil de protection respiratoire à adduction d’air alimenté par un compresseur, voici les moyens à mettre en place :

  • utiliser un compresseur à air conçu pour fournir de l’air respirable;
  • consulter le manuel d’instructions du fabricant et les mises en garde présentes sur les composants de tous les équipements qui serviront;
  • choisir un détecteur de monoxyde de carbone pour contrôler la qualité de l’air acheminé vers l’appareil de protection respiratoire à adduction d’air;
    • Attention! Les systèmes de purification d’air n’éliminent pas le monoxyde de carbone.
  • faire en sorte que l’air aspiré par le compresseur ne soit pas contaminé, notamment par les gaz d’échappement du moteur à combustion interne ou de tout autre appareil à combustion situé à proximité;
  • encourager l’utilisation d’un système de pompe à air ambiant conçu pour l’air respirable.

De plus, afin d’assurer la qualité de l’air respirable pour les travailleurs, il est important de respecter les programmes d’entretien des appareils utilisés et de procéder aux analyses de l’air prévues dans la réglementation.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs et travailleuses. Il a également l’obligation de fournir du matériel sécuritaire et d’assurer son maintien en bon état.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • À des fins de prévention et d’information, la CNESST transmettra son rapport d’enquête aux associations sectorielles paritaires, à l’Association de location du Québec, à l’Association canadienne de location et aux gestionnaires de mutuelles de prévention afin qu’ils informent leurs membres pouvant être concernés par l’enquête et ses conclusions.
  • Dans l’objectif de sensibiliser les futurs travailleurs, le rapport d’enquête sera acheminé au ministère de l’Éducation, qui en assurera la diffusion dans les établissements de formation offrant le programme d’étude en mécanique d’entretien, en carrosserie et autres programmes connexes.

Lien utile

Pour plus d’information sur la santé et la sécurité concernant l’utilisation d’appareils de protection respiratoire à adduction d’air alimenté par un compresseur Avis de danger - Appareils de protection respiratoire à adduction d’air alimentés par un compresseur.