Aller au contenu principal

Décès d’un travailleur des Entreprises Christian Fortin inc., à Blue Sea : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Gatineau, le 15 juin 2022

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à M. Stéphane Lefebvre, camionneur et journalier pour Les entreprises Christian Fortin inc., le 23 décembre 2021, sur un chantier de construction résidentiel, à Blue Sea.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, alors que la température affichait -18 °C, M. Lefebvre et un représentant de l’employeur ont entrepris des travaux de dégel d’une conduite d’eau d’un puits de surface. Pour ce faire, ils ont utilisé une chaudière artisanale à laquelle un tuyau de caoutchouc servant au transport de la vapeur était relié. La chaudière artisanale, remplie d’eau, était chauffée à l’aide d’une torche alimentée par une bonbonne de propane.

Lorsque le représentant de l’employeur a vu de la vapeur sortir du tuyau, il a inséré celui-ci dans la conduite d’eau. Réalisant qu’il était difficile de maintenir une flamme constante et que la chaleur générée était insuffisante, il a interrompu les travaux de dégel en gardant le tuyau de transport de la vapeur inséré dans la conduite d’eau. Avec l’aide de M. Lefebvre, le représentant de l’employeur a allumé un feu de bois sous la chaudière artisanale et a repris les travaux, en combinant les deux sources d’énergie.

Un bouchon de glace s’est formé dans le tuyau de transport de la vapeur pendant l’interruption des travaux de dégel. La vapeur s’est donc accumulée dans la chaudière artisanale, faisant augmenter la pression à l’intérieur, jusqu’à ce qu’elle explose. Des fragments métalliques ont été projetés dans différentes directions. L’un d’eux a heurté M. Lefebvre à la tête. Les secours ont été appelés sur les lieux, et le décès de M. Lefebvre a été constaté sur place.

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir trois causes pour expliquer l’accident :

  • Le travailleur se trouvait dans la trajectoire d’un morceau de métal provenant de l’explosion de la chaudière artisanale.
  • La conception et la fabrication de la chaudière artisanale étaient déficientes, en ce sens qu’elle était sujette au danger d’explosion.
  • La méthode de travail, associée à l’utilisation de la chaudière artisanale, était déficiente parce qu’elle a favorisé une augmentation excessive de la pression dans la chaudière artisanale.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit à l’employeur tous travaux de dégel d’une conduite d’eau d’un puits de surface à l’aide d’une chaudière artisanale.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents liés aux travaux de dégel des tuyaux à l’aide de la vapeur, des solutions existent, notamment :

  • bien planifier les travaux;
  • utiliser un équipement conçu spécialement pour cet usage ainsi que les accessoires compatibles recommandés, et suivre les instructions du fabricant;
  • élaborer des procédures de travail sécuritaires, comme valider, en tout temps, que le tuyau de transport de la vapeur n’est pas obstrué par de la glace et arrêter immédiatement les travaux advenant un dysfonctionnement.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs et travailleuses. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs et travailleuses doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) afin d’alimenter la réflexion sur la réglementation applicable aux installations et aux équipements sous pression ainsi qu’à la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ) et à l’Association des entrepreneurs en forage du Québec (AEFQ) afin que leurs membres en soient informés.
  • Le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant les programmes d’études de tuyauteur ou de soudeur en tuyauterie pour sensibiliser les futurs travailleurs et travailleuses.

Pour plus d’information sur la santé et la sécurité : Prévention et sécurité