Aller au contenu principal

Décès d’un travailleur de l’entreprise Yficlo inc. sur un chantier forestier, à Senneterre : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Val-d’Or, le 8 juin 2022

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à un travailleur de l’entreprise Yficlo inc., écrasé lors de la rotation de la tourelle d’une excavatrice, le 7 janvier 2022, sur un chantier forestier, à Senneterre. 

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, le travailleur devait procéder au ravitaillement en carburant de deux excavatrices à l’aide d’un réservoir installé dans l’espace de chargement arrière d’une camionnette. Un opérateur devait se charger du nettoyage des tractions des excavatrices. Le travailleur et l’opérateur avaient convenu qu’après le ravitaillement de la première excavatrice, le travailleur déplacerait la camionnette et ravitaillerait la seconde excavatrice. Afin de faciliter le nettoyage d’une traction et croyant que la camionnette avait été déplacée vers la seconde excavatrice selon l’entente verbale établie, l’opérateur a effectué une rotation approximative de 90° de la tourelle de la première excavatrice. À ce moment, le travailleur, qui s’affairait à la remise à zéro du compteur du réservoir de carburant sur le côté de la camionnette, a été écrasé contre celle-ci par la pesée de l’excavatrice. Les secours ont été appelés sur les lieux, et il a été transporté à un centre hospitalier, où son décès a été constaté. 

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir une cause pour expliquer l’accident :

  • L’absence d’une procédure de travail pour le ravitaillement de l’excavatrice a fait en sorte que les travailleurs ont conclu une entente verbale improvisée sur le déroulement de l’activité. Dans la séquence de tâches accomplies par le travailleur, celui-ci s’est retrouvé dans la zone dangereuse de l’excavatrice et a été écrasé lors de la rotation de la tourelle. 

À la suite de l’accident, la CNESST a exigé à l’employeur, Yficlo inc., qu’il élabore une procédure de travail sécuritaire de ravitaillement en carburant des excavatrices. À ce jour, l’employeur s’est conformé à cette exigence.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents lors de tâches à proximité d’équipements mobiles, telles que le nettoyage des tractions et le ravitaillement en carburant, des solutions existent, notamment :

  • en tant qu’employeur, élaborer une procédure de travail sécuritaire, par exemple la mise en place d’un périmètre de sécurité et d’une procédure de communication, pour éviter qu’un travailleur ne puisse se retrouver dans la zone de danger d’une excavatrice lorsqu’elle fonctionne;
  • en tant qu’opérateur, s’assurer qu’il n’y a personne dans la zone de danger quand l’équipement lourd est en fonction, et mettre l’équipement lourd en arrêt si un travailleur s’y trouve;
  • en tant que travailleur, communiquer préalablement avec l’opérateur et s’approcher en s’assurant d’être vu. 

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête au Comité paritaire de prévention du secteur forestier, à l’ensemble des associations sectorielles paritaires, à tous les gestionnaires de mutuelles de prévention de même qu’aux associations suivantes afin que leurs membres en soient informés :

  • Association de la construction du Québec (ACQ)
  • Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ)
  • Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ)
  • Association québécoise des entrepreneurs en infrastructure (AQEI)
  • Association patronale des entreprises en construction du Québec (APECQ)
  • Association des entrepreneurs en construction du Québec (AECQ)

Le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant le programme d’études Mécanique d’engins de chantier pour sensibiliser les futurs travailleurs et travailleuses.

Lien utile

Pour plus d’information sur la santé et la sécurité liées aux travaux forestiers, consultez le Règlement sur la santé et la sécurité dans les travaux d’aménagement forestier.