Aller au contenu principal

Exemples de situation

Situations pouvant correspondre à du harcèlement psychologique ou sexuel

Entre 2 cadres

Éléna est cadre dans une jeune entreprise de 20 personnes fabriquant des panneaux en polymère pour l’industrie automobile. Les conditions de travail ont toujours été difficiles, mais l’ambiance entre collègues est bonne et Éléna aime son travail. Tout bascule quand la cousine du patron est nommée directrice de l’atelier. Elle oblige Éléna à trop surveiller les employés et à chronométrer leurs pauses. Elle la réprimande quand elle chantonne ou rit un peu en travaillant. La directrice fait en sorte qu’Éléna ne soit plus informée des activités sociales de l’entreprise.

Éléna est tenue responsable d’erreurs informatiques faites par la directrice et se fait retirer certains de ses dossiers. Quand Éléna essaie de se défendre, on lui donne un bureau isolé des autres. Son patron l’apprécie de moins en moins. Désespérée devant sa situation au travail qui se dégrade, elle décide de démissionner.

Entre un groupe et une personne

Normand est un mécanicien industriel. Quelques collègues le trouvent trop conformiste et s’amusent à lui jouer des tours sur les lieux de son travail. Souvent, avec la complicité d’employés des autres ateliers, ils s’organisent pour que Normand ne se présente pas dans les bons locaux aux bons moments.

De nature timide, Normand ne sait ni comment réagir ni à qui se fier à l’usine. Ses retards et ses présences injustifiées dans des services où il n’a jamais été appelé ou à des réunions auxquelles il n’a pas été convoqué ont fini par le détruire peu à peu. On se moque de lui au travail. Sa réputation de ponctualité et sa crédibilité sont durement touchées.

Normand décide donc de faire part de ce qu’il vit à une personne de confiance. À la suggestion de cette personne, il rencontre son employeur, à qui il raconte ces petits faits qui, associés les uns aux autres, permettent d’expliquer bien des choses. L’employeur prend les propos de Normand très au sérieux. Il intervient rapidement pour faire cesser la situation.

Comportements à caractère sexuel

Anna est architecte dans une petite firme dirigée par 2 personnes. L’une des associés est en congé de maternité. En son absence, Anna collabore seule avec l’autre associé sur les différents projets. Elle est déstabilisée par les agissements de cet associé. Par exemple, il lui caresse les cuisses sous la table lorsqu’il s’assoit à côté d’elle en réunion ou gratte des taches imaginaires sur le devant de sa robe quand il passe à côté d’elle.

Un jour, il lui donne une tape sur une fesse pendant qu’ils montent un escalier et lui fait des propositions directes. Anna refuse toutes ses avances. Devant son refus de céder à ses avances, l’associé se met à l’injurier presque tous les jours et met en doute sa capacité à faire son travail. Anna pleure au bureau et chez elle. Elle a de la difficulté à dormir la nuit. Un jour, alors qu’elle discute d’un important mandat avec un client, l’associé l’accuse de perdre du temps à faire la conversation au lieu de faire son travail. Il la menace de congédiement.

Un seul épisode de conduite grave

Olivia travaille comme vendeuse dans une bijouterie depuis un peu plus d’un an. Elle y côtoie 4 autres employées et leur patronne, Simone, qui est propriétaire de la bijouterie. Olivia a toujours eu de bonnes relations avec elles, jusqu’à ce que surviennent quelques prises de bec avec sa collègue Lucie.

La situation s’est détériorée quand Olivia a appris que Lucie parlait souvent dans son dos. Simone a tenté de réduire les tensions entre elles en les convoquant à une rencontre dès le lendemain matin. Pendant la réunion, chacune a été invitée à raconter sa version des faits. Quand est venu le tour de Lucie, elle a tenu des propos blessants envers Olivia et a eu une attitude très agressive et provocante. Elle a hurlé qu’elle devrait démissionner pour le bien de toutes et de l’entreprise. Malgré les demandes répétées de Simone, Lucie a donné libre cours à sa colère, sur un ton et d’une manière tout à fait inappropriés.

Pendant cette réunion, Olivia a été victime de violence verbale intolérable dans un milieu de travail. Elle a dû prendre quelques jours de repos, car elle craignait de retourner au travail et d’avoir à affronter Lucie.

Situations qui ne correspondent pas à du harcèlement psychologique ou sexuel

Droit de gestion

Mathilde et Ismaël sont réceptionnistes dans une clinique vétérinaire. Ismaël compte quelques mois d’ancienneté de plus que Mathilde. Mais, il y a 2 mois, Mathilde a été promue chef d’équipe des réceptionnistes. Elle est maintenant responsable de l’embauche, de l’évaluation et de la gestion de l’équipe.

Ismaël a porté plainte à la CNESST, alléguant que Mathilde le harcèle depuis un mois. Acceptant difficilement qu’elle ait été promue et n’ayant plus le cœur à l’ouvrage, il a été négligent dans son travail et est arrivé souvent en retard. Mathilde a donc dû le rappeler à l’ordre quelques fois, en vain. Après lui avoir demandé à plusieurs reprises d’arriver à l’heure, elle a même dû le sanctionner en le suspendant sans salaire pour une journée.

L’attribution des tâches, l’évaluation du rendement et la gestion de la discipline font partie du droit de gestion de l’employeur. L’exercice de ce droit, même s’il peut être la source d’inconvénients pour les personnes concernées, ne constitue pas du harcèlement psychologique.

Conflit au travail

Inès et Louise travaillent dans la même équipe depuis plusieurs mois. Récemment, Inès a été nommée responsable d’un projet de construction d’un nouveau bâtiment. Louise n’accepte pas cette nomination. Son comportement a changé envers Inès et elle lui a laissé entendre que c’est elle qui aurait dû avoir cette responsabilité. Elle limite sa collaboration au projet et ne parle plus du tout à Inès. Leurs relations sont tendues, ce qui crée de sérieux problèmes de communication. La situation risque de dégénérer si rien n’est fait pour régler le conflit.

Stress lié au travail

Sacha travaille comme analyste en informatique depuis plus de 5 ans dans la même entreprise. Son directeur lui propose d’être chef de service. Sacha devra gérer une équipe, même s’il n’a pas d’expérience en gestion. Malgré cela, il accepte la promotion. Tout semble bien aller au début. Ce n’est qu’au bout d’un certain temps qu’il se met à douter de ses compétences et de ses aptitudes à motiver son personnel. Il a beaucoup de mal à gérer le stress lié à ses nouvelles responsabilités. Ce stress lui cause même des malaises physiques et psychologiques : maux de tête, insomnie, angoisse. Son directeur le rencontre régulièrement pour faire le point et lui offrir son aide, s’il en a besoin. Il n’y a rien de menaçant ou d’humiliant dans ces interventions fréquentes, qui ont pour but de l’aider dans ses nouvelles responsabilités. Mais Sacha ne les apprécie pas.

Lois et règlements

Aidez-nous à améliorer notre site Web

Est-ce que l’information qui se trouve dans cette page vous a été utile ?
Évitez d’inscrire vos coordonnées personnelles puisque que vous ne recevrez aucune réponse.