Aller au contenu principal

Transmission de maladies

La transmission des maladies est un risque réel dans tous les milieux de travail. Certains micro-organismes peuvent entrer dans l’organisme de la travailleuse ou du travailleur par des coupures ou des plaies, et même par le nez ou les voies respiratoires.

Les travailleuses et travailleurs les plus exposés sont dans les milieux hospitaliers (par exemple : les infirmières, les médecins, les préposés aux bénéficiaires), et en sécurité publique (par exemple : les policiers, les pompiers, les agents de services correctionnels, les agents de la faune ou de la paix).

Les égoutiers, les éboueurs ou les personnes qui travaillent au service à la clientèle peuvent aussi être exposés à ces risques.

Ces travailleurs peuvent se blesser dans le cadre de leurs fonctions, surtout s’ils sont en contact avec des clientèles agressives.

Plusieurs maladies graves peuvent être transmises par des liquides biologiques, dont :

  • le virus de l’hépatite B (VHB) – transmissible par la salive et le sang
  • le virus de l’hépatite C (VHC) – transmissible par le sang
  • le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) – transmissible par le sang

Pour l’hépatite C et le VIH, une exposition est jugée significative quand le sang ou un liquide corporel teinté de sang d’une personne trouve une porte d’entrée, c’est-à-dire une voie empruntée par le virus pour entrer dans l’organisme d’une autre personne.

Mesures de prévention à appliquer en tout temps

Mesures de prévention pour les travailleurs

  • Protéger toute plaie cutanée non cicatrisée avec un pansement ou un diachylon.
  • Porter des gants jetables dès qu’il peut y avoir contact avec du sang, même sous les gants de travail au besoin.
  • Demander à une personne si elle a des objets piquants ou coupants avant de fouiller ses vêtements ou ses affaires.
  • Mettre un masque de protection anti-crachat à certaines personnes qui pourraient cracher.
  • Retirer ses gants jetables et se laver les mains le plus rapidement possible après un contact avec du sang.
  • Manipuler et jeter de façon sécuritaire tout matériel souillé de sang.
  • Nettoyer tout vêtement visiblement souillé de sang.
  • Désinfecter les objets ou surfaces souillés de sang.
  • Utiliser un masque de poche avec une valve unidirectionnelle lors d’une réanimation cardiorespiratoire.
  • S’assurer qu’une trousse de premiers secours est facilement accessible.
  • Porter une visière s’il y a possibilité d’éclaboussures de sang.

Tous les travailleurs pouvant être en contact régulièrement avec des liquides corporels devraient recevoir une vaccination complète de 3 doses contre l’hépatite B (VHB).

Quoi faire en cas de blessure avec risque de transmission de maladie?
  • Nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon. Ne pas brosser ou faire saigner la plaie.
  • S’il n’y a pas d’eau disponible, laver avec un gel désinfectant en attendant d’avoir accès à un robinet.
  • Éviter l’utilisation de produits irritants comme l’eau de javel ou l’iode.
  • Recouvrir la plaie d’un pansement.
  • Si possible, obtenir les coordonnées de la personne source, c’est-à-dire la personne potentiellement contaminée. Cependant, on ne peut pas obliger une personne à être testée.
  • Aller à l’urgence le plus rapidement possible, idéalement au maximum 2 h après l’événement.
  • Dans le cas d’une morsure, un vaccin (hépatite B) et une dose d’anticorps pour protéger la personne mordue peuvent être administrés au besoin.
Crachat

Certaines tâches peuvent exposer les travailleuses et les travailleurs à des crachats qui peuvent contenir des agents infectieux.

Quoi faire en cas d’exposition à un crachat teinté de sang?

  • Si le travailleur s’est fait cracher au visage, rincer abondamment les yeux, la bouche et l’intérieur du nez avec de l’eau le plus rapidement possible.
  • En cas de blessure, nettoyer la peau non saine exposée au crachat avec de l’eau et du savon.
  • S’il n’y a pas d’eau disponible, laver avec un gel désinfectant en attendant d’avoir accès à un robinet.
  • Éviter l’utilisation de produits irritants comme l’eau de javel ou l’iode.
  • Recouvrir la plaie d’un pansement.
  • Si possible, obtenir les coordonnées de la personne qui a craché. Cependant, on ne peut pas obliger une personne à être testée.
  • Aller à l’urgence le plus rapidement possible, idéalement au maximum 2 h après l’événement.
  • Un vaccin (hépatite B) et une dose d’anticorps peuvent être administrés pour protéger le travailleur après une évaluation par un médecin.