Aller au contenu principal

Silice cristalline

Le quartz est la principale forme de la silice cristalline. On trouve du quartz dans la brique, le mortier, le pavé uni, le béton, la roche et le granit. Les activités telles que la démolition, le concassage, le perçage, le sciage, le meulage, le ponçage et le balayage sur des matériaux contenant de la silice cristalline exposent les travailleuses et travailleurs à ses poussières.

L’exposition aux poussières de silice cristalline peut causer des troubles respiratoires allant de l’essoufflement à l’effort, à une déficience respiratoire grave, qui sont des symptômes de la silicose. Elle peut aussi entraîner entre autres l’asthme, l’emphysème, la silicose, le cancer pulmonaire, et la mort. L’employeur a la responsabilité de mettre en place des mesures permettant le contrôle à la source des émissions de silice cristalline. Lorsque c’est nécessaire, il doit aussi mettre en place un programme de protection respiratoire et former les travailleurs sur le port, l’entretien et l’entreposage des appareils de protection respiratoire.

De leur côté, les travailleurs doivent obligatoirement porter un appareil de protection respiratoire, en plus de disposer d’un moyen de contrôle à la source, pour les activités ciblées par la tolérance zéro. Cet appareil doit être celui prévu par le Guide des appareils de protection respiratoire utilisés au Québec (PDF). Il doit être choisi, ajusté, utilisé et entretenu conformément à la norme Choix, entretien et utilisation des respirateurs, CSA Z94.4-93.

Règles à suivre pour être sécuritaire

Tolérance 0

En cas de manquement à l’une de ces règles, la CNESST arrêtera les travaux et les fautifs seront passibles de poursuites pénales.

Fiche Tolérance 0 : Silice cristalline

Pour réduire l’exposition des travailleurs aux poussières de silice cristalline, l’employeur doit fournir aux travailleurs un appareil de protection respiratoire approprié et s’assurer qu’ils le portent.

Activités ciblées par cette règle

Les activités ciblées sont des activités connues pour exposer les travailleurs à des concentrations de silice cristalline respirable supérieures aux normes. Il s'agit d'activités telles que le sciage, le cassage au marteau-piqueur, le forage, le meulage, le ponçage, le bouchardage, le décapage au jet d'abrasif, le polissage, le taillage manuel, la découpe. Des exigences spécifiques s’appliquent lors de travaux de décapage au jet d’abrasif.

Autres mesures de prévention obligatoires

Selon les tâches à exécuter, une ou plusieurs des mesures suivantes doivent être prises par l’employeur pour contrôler les risques liés à la silice cristalline :

  • mettre en place des mesures permettant le contrôle à la source des émissions de silice cristalline. Par exemple :
  • élaborer et mettre en place un programme de protection respiratoire et former les travailleurs sur le port, l’entretien et l’entreposage des appareils de protection respiratoire
     
    • Art. 45 du RSST Cet article s’applique également en chantier de construction
       
  • former et informer les travailleurs sur les risques liés à l’exposition à la silice cristalline et sur l’utilisation des moyens permettant le contrôle des émissions de silice
     
  • s’assurer que les équipements utilisés pour prévenir l’émission des poussières de silice sont en état de fonctionnement et fonctionnent de façon optimale pendant les heures d’exploitation
     
    • Art. 5 du RSST Cet article s’applique également en chantier de construction.
       
  • inspecter au moins une fois par année les systèmes de ventilation mécanique
     
  • assurer la bonne tenue des lieux en limitant l’empoussièrement
     
    • Art. 17 du RSST Cet article s’applique également en chantier de construction.
       
  • remplacer lorsque possible les matériaux contenant de la silice


Moyens de protection