Aller au contenu principal

Signaleurs routiers

Plusieurs travaux s’effectuent sur les routes du Québec et de nombreux accidents du travail y surviennent chaque année. Les travailleuses et travailleurs blessés ou qui décèdent sont parfois des signaleurs routiers, qui s’exposent de près à la circulation.

Lors de travaux s’effectuant sur le chemin public, les signaleurs routiers peuvent assurer le contrôle de la circulation des usagers de la route lorsque :

  • les véhicules doivent obligatoirement s’arrêter ou ralentir à proximité d’une aire de travail
  • la circulation doit se faire sur une seule voie, en alternance dans les 2 sens
  • la circulation des conducteurs doit être dirigée dans la zone de travaux

Les signaleurs routiers ne doivent pas diriger la circulation sur les autoroutes et sur les routes où la limite de vitesse affichée sur le panneau à fond blanc est supérieure à 70 km/h. Des exceptions sont toutefois prévues dans la norme du Tome V – Signalisation routière

Si l’aire de travail est impossible à voir à une distance sécuritaire, la zone d’activité doit être prolongée pour que le signaleur routier soit placé à la distance minimale de visibilité d’arrêt prévue à la norme du Tome V – Signalisation routière.

Normes Tome V -Signalisation routière

Le document Tome V – Signalisation routière présente l’ensemble des normes du ministère des Transports et de la Mobilité durable du Québec relatives à la signalisation des routes et des voies cyclables. Le chapitre 4 de ce document indique la signalisation nécessaire dans un contexte de travaux où la présence du signaleur routier est prévue. Le contrôle de la circulation par un signaleur routier doit toujours se faire en référence à un dessin normalisé de ce document ou à un plan de signalisation signé et scellé par un ingénieur et réalisé en conformité avec les énoncés de cette norme. Les lecteurs doivent obligatoirement être abonnés pour consulter le Tome V-Signalisation routière- Volume 1, 2 et 3 qui se trouve sur le site des publications du Québec. 

Mesures de sécurité obligatoires pour le signaleur routier et pour l’employeur

Pour que la signalisation routière se fasse de manière sécuritaire, le signaleur routier et son employeur doivent respecter plusieurs règles prévues par la Loi sur la santé et la sécurité du travail et par le Code de sécurité pour les travaux de construction, qui fait référence aux normes du Tome V du ministère des Transports. L’application de ces normes est aussi obligatoire en vertu du Code de Sécurité routière, donc même sur un lieu de travail occupant le chemin public, mais qui n’est pas un chantier de construction.

Signaleur routier

Le signaleur routier doit, par exemple :

  • s’informer de son rôle et de ses responsabilités
  • détenir une formation de signaleur routier reconnue par l’ASP Construction  
  • porter l’équipement de protection individuelle :
    • casque et vêtements de sécurité à haute visibilité jaune-vert fluorescent
    • chaussures de protection
  • utiliser les différents équipements pour signaler et communiquer :
    • le panneau du signaleur
    • le drapeau (uniquement pour les situations prévues à la norme)
    • un moyen de communication, comme un émetteur-récepteur, s’il y a plus d’un signaleur
  • transmettre des informations précises et conformes aux usagers de la route
     

Employeur et/ou le maître d’œuvre

L’employeur ou le maître d’œuvre doit, par exemple :

  • mettre en place des moyens techniques permettant de réduire ou d’éliminer le risque de heurt pour le signaleur routier (par exemple, une barrière de contrôle de la circulation pour  travaux opérée à distance par, des feux de circulation pour travaux ou une fermeture et un détour)
  • fournir l’équipement de protection individuelle et de signalisation
  • informer le signaleur routier des risques liés à son travail, le superviser et lui donner la formation requise pour accomplir ses tâches de façon sécuritaire
  • assurer le remplacement du signaleur pendant les périodes de repos et de repas 
  • lors des travaux effectués du coucher au lever du soleil s’assurer que le signaleur routier est éclairé de façon à être visible à la distance minimale de visibilité d’arrêt indiquée dans le document Tome V – Signalisation routière  
Mesures de prévention pour le signaleur routier

Pour prévenir les accidents du travail, plusieurs mesures peuvent être mises en place 

Positionnement sécuritaire du signaleur routier

  • Prendre place sur l’accotement disponible, ou dans la voie obstruée, si la configuration l’oblige
  • Se tenir debout, face à la circulation.
  • Être à environ 7 m derrière le panneau « LIGNE D’ARRÊT ».
  • Être visible à la distance minimale de visibilité d’arrêt indiquée dans le document Tome V – Signalisation routière

Vêtements et accessoires du signaleur routier

  • Porter les vêtements obligatoires.
  • Utiliser les équipements de signalisation obligatoires.
     
Conséquences possibles d’un accident sur les chantiers routiers

Le signaleur routier est exposé à de nombreux dangers, comme :

  • être frappé par un véhicule
  • être écrasé par un véhicule lourd dédié aux travaux
  • être frappé par un panneau ou par des repères visuels projetés
  • recevoir de la poussière ou un corps étranger dans les yeux
  • souffrir d’hypothermie
  • subir un coup de chaleur
  • être agressé verbalement ou physiquement