Aller au contenu principal

Maladies transmises par les animaux

Les animaux sont parfois atteints de maladies infectieuses qui peuvent se transmettre à l’être humain et vice versa. Nommées zoonoses, ces maladies sont causées par des bactéries, des virus et des parasites. Un animal sain en apparence peut être porteur d’une zoonose, il est donc important de toujours appliquer les mesures de prévention pour éviter toute transmission.

Modes de transmission

Selon l’agent infectieux, la transmission de l’animal à l’humain peut se faire de différentes façons :

  • par contact cutané ou des muqueuses (se frotter les yeux avec les mains contaminées)
  • par inhalation (poussières ou gouttelettes contaminées que l'on respire)
  • par ingestion (contact d’un objet ou des mains contaminés avec la bouche, ou encore ingestion d’eau ou d’un aliment contaminé)
  • par inoculation (piqûre de tique ou de moustique infecté, contact du contaminant avec une plaie ouverte, par exemple à la suite d’une coupure ou d’une morsure)

Un programme zoosanitaire, incluant le suivi de l’état de santé des animaux domestiques ou d’élevage, et l’application des règles d’hygiène personnelle sont des éléments clés de la prévention des zoonoses.

Remarque

Si le travail à l’extérieur n’exige pas un contact direct avec eux, il est recommandé de ne pas approcher les animaux sauvages ou tenter de les toucher.

Mesures de prévention des zoonoses

Santé animale

S’assurer de maintenir les animaux domestiques en bonne santé par un programme zoosanitaire :

  • appliquer un programme de vaccination et de suivi vétérinaire régulier
  • contrôler la vermine et les conditions d’élevage (propreté, ventilation adéquate, etc.)
  • isoler les animaux malades des autres animaux

Santé humaine

S’assurer du bon état de santé des personnes travaillant avec les animaux :

  • maintenir à jour son carnet de vaccination
  • les femmes enceintes, les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes ayant un système immunitaire affaibli devraient éviter de travailler directement avec les animaux
  • en cas de doute consulter un médecin

Mesures d’hygiène de base

  • Garder ses ongles courts.
  • Se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon, minimalement à l’entrée et à la sortie des bâtiments, et après toute tâche impliquant un risque élevé de contamination, comme la manipulation des animaux malades.
  • Si de l’eau courante n’est pas disponible pour le lavage des mains, utiliser des lingettes désinfectantes pour enlever les saletés visibles et un gel désinfectant sur des mains qui ne sont pas visiblement souillées. Se laver ensuite les mains dès que l’eau courante est disponible.
  • Ne pas se frotter les yeux ou la bouche ou porter les mains à son visage.
  • Ne pas consommer d’aliments ou de boissons et ne pas fumer sur les lieux de travail.
  • Lors du travail avec des animaux, porter des vêtements différents de ceux portés à la maison, dans les véhicules personnels ou dans les endroits publics. On peut aussi porter une salopette ou une combinaison jetable dans les bâtiments d’élevage.
  • Changer de bottes à l’entrée et à la sortie des bâtiments, sinon, les brosser et les laver avec une solution désinfectante ou encore porter des couvre-bottes jetables.
  • Ne pas laver les vêtements de travail en même temps que les vêtements de la maison.

Équipements de protection individuelle

Dans les environnements poussiéreux et lors d’activités à haut risque de contamination par bioaérosols, comme l’utilisation d’une laveuse à pression, porter :

Aménagements et équipements des bâtiments

  • Aménager un local à l’entrée de chaque bâtiment avec des installations hygiéniques, incluant un lavabo, du savon et des serviettes de papier jetables pour le lavage des mains.
  • Installer une poubelle pour les serviettes et les survêtements jetables.
  • S’assurer d’avoir un contenant rigide approprié pour les seringues qui doivent être jetées.
    • Bien lire les mises en garde concernant les produits utilisés.
  • Prévoir un local propre pour se changer et pour le lavage des vêtements de travail pour éviter de les apporter à la maison.

En cas de blessure ou de zoonoses

  • Laver et désinfecter immédiatement toute blessure légère ne nécessitant pas l’intervention d’un médecin (égratignure, coupure, piqûre).
  • En cas de morsure, laver immédiatement la plaie en la plaçant sous un jet d’eau claire, pendant plusieurs minutes. Cette opération diminuera la concentration d’agent infectieux dans la plaie et atténuera les risques de complication. En clinique, le médecin complétera la désinfection de la plaie et pourra prescrire des médicaments au besoin.
  • En présence de plaies non cicatrisées sur les mains, mettre des pansements occlusifs, bien fermés sur tous les côtés, et porter des gants.
  • Consulter un médecin lorsque :
    • une diarrhée persiste durant quelques jours ou revient régulièrement
    • une fièvre ou tout autre malaise inhabituel apparaît

    Il faut lui mentionner qu’on est régulièrement en contact avec des animaux.

Mesures de prévention pour les femmes enceintes

Une femme enceinte ou qui planifie une grossesse doit être très prudente au contact d’animaux. Certaines zoonoses peuvent entraîner un avortement spontané, une naissance prématurée ou des malformations chez l’enfant.

Certaines situations professionnelles pouvant exposer à des agents biologiques sont susceptibles de poser des problèmes spécifiques en cas de grossesse ou de projet de grossesse. C’est le cas entre autres de la listériose, de la fièvre Q et de la toxoplasmose.

Certains vaccins et antibiotiques servant à prévenir ou traiter des zoonoses sont contre-indiqués pendant la grossesse. Les femmes enceintes doivent donc éviter de s’exposer à des animaux potentiellement contaminés. Elles doivent aussi éviter d’assister à la mise bas des animaux et de manipuler leurs déjections, surtout celles des chats.

Principales zoonoses

Les zoonoses sont nombreuses et variées. Nous présentons quelques-unes des zoonoses les plus courantes au Québec. Le site Web du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) présente un plus large inventaire de maladies transmises par les animaux.

Virus du Nil occidental

Espèces animales à risque

  • Chevaux
  • Oies
  • Oiseaux domestiques
  • Cervidés

Symptômes chez l’animal

  • Manque de coordination
  • Tremblements
  • Étourdissements, tête penchée
  • Faiblesse, paralysie partielle
  • Perte d’appétit
  • Fièvre

Symptômes chez l’humain

  • Apparition des symptômes de 2 à 14 jours après l’infection
  • Absence fréquente de symptômes
  • Maux de tête
  • Fièvre
  • Faiblesse et douleurs musculaires
  • Rougeurs et éruptions cutanées
  • Raideur de la nuque
  • Confusion

Contamination

  • Piqûre d’un moustique porteur du virus
  • Contact avec animaux malades ou morts (rare)

Prévention de la maladie

  • Vacciner les chevaux
  • Assécher les plans d’eau stagnante
  • Garder les chevaux à l’intérieur à l’aube et au crépuscule
  • Installer des moustiquaires dans l’écurie
Campylobactériose

Espèces animales à risque

  • Brebis et chèvres
  • Bovins
  • Volailles

Symptômes chez l’animal

  • Manque de coordination
  • Tremblements
  • Étourdissements, tête penchée
  • Faiblesse, paralysie partielle
  • Perte d’appétit
  • Fièvre

Symptômes chez l’humain

  • Apparition des symptômes de 2 à 5 jours après l’infection
  • Maux de ventre
  • Nausées et vomissements
  • Fièvre
  • Sang dans les selles
  • Diarrhée
  • Maux de tête
  • Douleurs musculaires ou articulaires

Contamination

  • Consommation de l’eau ou des aliments contaminés (lait non pasteurisé, viande pas assez cuite)
  • Contact avec animaux infectés
  • Contact avec une personne infectée

Prévention de la maladie

  • Se laver les mains avec de l’eau et du savon après tout contact avec une source de contamination.
  • Réfrigérer les viandes rapidement.
  • Cuire suffisamment les viandes.
  • Ne pas consommer de lait non pasteurisé provenant d’établissements qui n’ont pas leur permis de transformation de produits laitiers.
  • Ramasser fréquemment les selles des animaux.
  • Désinfecter les surfaces possiblement contaminées.
Fièvre Q

Espèces animales à risque

  • Petits ruminants (ovins, caprins)
  • Oiseaux

Symptômes chez l’animal

  • Absence fréquente de symptômes
  • Avortements ou mise bas d'animaux mort-nés

Symptômes chez l’humain

  • Apparition des symptômes de 2 à 4 semaines après l’infection
  • Fièvre intermittente
  • Maux de tête sévères
  • Transpiration abondante
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Nausées et vomissements
  • Diarrhée
  • Pneumonie
  • Dans les cas les plus sévères, peut causer des problèmes chroniques au cœur ou au foie
  • Avortement ou accouchement d'un bébé mort-né

Contamination de l’humain

  • Contact avec un animal contaminé, symptomatique ou asymptomatique, ou avec ses excréments, son urine ou son lait
  • Contact avec les liquides expulsés lors de la mise-bas ou l’avortement d’une femelle infectée
  • Inhalation d'aérosols contaminés (microgouttelettes en suspension dans l'air)
  • Consommation de lait cru contaminé (rare)
  • Piqûre de tique (rare)
  • De personne à personne (rare)

Prévention de la maladie

  • Isoler du reste du troupeau les femelles en fin de gestation et en début de lactation.
  • Porter des gants, un masque de type N-95 et des lunettes protectrices pour assister à la mise-bas ou pour disposer du placenta.
  • Porter des gants et un masque pour tondre les animaux et manipuler la laine.
  • Opter pour un compostage prolongé et manipuler délicatement le fumier avant de l’épandre dans les champs. Éviter tout épandage lorsqu’il y a du vent et enfouir rapidement le fumier si possible.
Giardiose

Espèces animales à risque

  • Bovins
  • Chevaux
  • Porcs
  • Chiens
  • Chats
  • Moutons
  • Oiseaux
  • Castors

Symptômes chez l’animal

  • Symptômes surtout présents chez les jeunes animaux
  • Diarrhée
  • Abattement
  • Poil en mauvais état
  • Perte de poids et d'appétit

Symptômes chez l’humain

  • Absence de symptômes fréquente chez les personnes en bonne santé
  • Apparition des symptômes de 3 à 25 jours après l’infection, mais plus souvent 7 à 10 jours
  • Diarrhée et crampes intestinales
  • Gonflement abdominal
  • Perte de poids
  • Possibilité de récidive

Contamination de l’humain

  • Contact avec des animaux infectés, symptomatiques ou asymptomatiques
  • Environnement contaminé par des excréments (cours d'eau, pâturages et jardins)
  • Contact direct avec une personne ou un animal malade, par voie fécale-orale (ex. : fumer après avoir soigné un animal infecté)
  • Consommation d'un aliment contaminé, comme les légumes d'un jardin fertilisé avec du fumier contaminé ou une eau non traitée

Prévention de la maladie

  • Se laver les mains avec de l’eau et du savon après tout contact avec une source de contamination, comme la couche d'un enfant ou un animal.
  • Éliminer adéquatement les déchets domestiques et les matières fécales des animaux.
  • Analyser l’eau des puits régulièrement et éviter de boire de l’eau non traitée (lacs, ruisseaux).
  • Le parasite responsable de la giardiose résiste à la majorité des désinfectants et à la présence de chlore dans l’eau.
Leptospirose

Espèces animales à risque

  • Chiens
  • Chevaux
  • Bovins
  • Porcs

Symptômes chez l’animal

  • Déficience rénale aiguë (chiens)
  • Gastro-entérite hémorragique (chiens)
  • Fièvre
  • Perte d’appétit
  • Jaunisse
  • Uvéite (chevaux)
  • Avortement et mort-nés
  • Inflammation de la mamelle et chute brusque de la lactation (bovins et porcs)

Symptômes chez l’humain

  • Fièvre et frissons
  • Maux de tête
  • Douleurs musculaires
  • Fatigue
  • Jaunisse causée par des troubles du foie, des reins et du sang (moins fréquente)

Contamination de l’humain

  • Par la peau, les muqueuses du nez, la bouche et les yeux
  • Par un contact direct ou indirect avec l'urine d'animaux domestiques infectés ou avec des tissus placentaires ou fœtaux provenant d'avortements
  • Par l'environnement s'il est contaminé par l'urine d'animaux

Prévention de la maladie

  • Faire vacciner les animaux.
  • Se laver les mains avec de l’eau et du savon après tout contact avec une source de contamination.
  • Éviter de boire, de manger ou de fumer en prenant soin des animaux (ex. : pendant le toilettage ou l'entretien de la cage).
  • Porter des gants et des vêtements protecteurs en donnant des soins aux animaux.
  • Éviter de laisser les chiens boire ou marcher dans des mares d’eau accessibles aux animaux sauvages.
  • Contrôler la vermine et ne pas laisser les chiens s’approcher des animaux sauvages.
  • Éviter de se baigner dans les étangs pouvant être contaminés.
  • Clôturer les potagers pour empêcher les animaux d'y avoir accès.
  • Éviter le contact avec l’urine d'animaux infectés ou suspectés de l’être.
  • Drainer les terrains marécageux, si possible.
  • Avoir des bâtiments à l’épreuve des rongeurs.
  • Protéger les aliments contre les rongeurs.
Listériose

Espèces animales à risque

  • Moutons et chèvres
  • Bovins
  • Volailles

Symptômes chez l’animal

  • Abattement
  • Manque de coordination
  • Paralysie
  • Salivation
  • Avortement et inflammation des mamelles
  • Infection généralisée du sang chez les jeunes animaux
  • Problèmes de cœur, de foie et de système nerveux (volailles)

Symptômes chez l’humain

  • Absence fréquente de symptômes chez les personnes en santé
  • Nausées et vomissements
  • Crampes
  • Diarrhée ou constipation
  • Maux de tête
  • Fièvre
  • Infection du cerveau ou infection généralisée du sang chez les enfants et les personnes âgées possibles

Contamination

  • Consommation d’aliments contaminés (lait non pasteurisé, viande pas assez cuite, légumes, fruits de mer, poissons)
  • Contact avec une surface ou un environnement contaminé
  • Contact avec des personnes ou des animaux infectés

Prévention de la maladie

  • Se laver les mains avec de l’eau et du savon après tout contact avec une source de contamination.
  • Cuire suffisamment les aliments.
  • Ne pas consommer de lait non pasteurisé provenant d’établissements qui n’ont pas leur permis de transformation de produits laitiers.
  • Ramasser fréquemment les selles des animaux.
  • Désinfecter les surfaces possiblement contaminées.
  • Les femmes enceintes et les personnes à risque devraient éviter les produits contenant du lait cru, les charcuteries et les viandes et poissons pas assez cuits.
Les piqûres de tiques Maladie de Lyme

Espèces animales à risque

  • Chiens
  • Chevaux, ânes, mulets
  • Oiseaux

Symptômes chez l’animal

  • Absence de symptômes chez la plupart des animaux infectés
  • Fièvre
  • Fatigue
  • Perte d’appétit
  • Manque d’énergie
  • Ganglions enflés
  • Boiterie et douleurs aux articulations
  • Problèmes neurologiques et oculaires possibles chez les chevaux

Symptômes chez l’humain

  • Absence fréquente de symptômes chez les personnes en santé
  • Apparition des symptômes de 3 à 30 jours après l’infection
  • Rougeur en forme de rond entourant la piqûre sur 5 cm de diamètre
  • Fièvre
  • Fatigue
  • Maux de tête
  • Raideur à la nuque
  • Douleurs musculaires
  • Dans les cas plus graves, de l’arthrite ou des problèmes neurologiques ou cardiaques peuvent se développer

Contamination

  • Piqûre de tique infectée
  • Infection peu probable si la tique reste accrochée à l’humain ou à l’animal moins de 24 heures
  • Au Québec, seule la tique à pattes noire, ou tique du chevreuil, peut transmettre la maladie

Prévention de la maladie

  • Porter des vêtements longs et fermés aux chevilles et aux poignets, un chapeau et des souliers fermés pour aller dans la forêt ou dans les champs.
  • Mettre du répulsif à moustiques à base de DEET ou d’icaridine.
  • Après être allé à l’extérieur, vérifier la présence de tiques sur sa peau.
  • Entretenir les installations et les bâtiments pour prévenir la présence de rongeurs, qui attirent les tiques immatures.
  • Clôturer son terrain pour éloigner les cerfs de Virginie, qui attirent les tiques matures.
  • Entretenir la végétation près de la maison, des bâtiments et aires de jeux.

En cas de piqûre de tique

  • Retirer la tique avec une pince à pointe fine, le plus près possible de sa tête.
  • Si la tête reste dans la peau, la laisser dans la peau. La tête seule ne peut pas transmettre la maladie de Lyme.
  • Conserver la tique dans un contenant hermétique au réfrigérateur. Noter l’endroit et le moment de la piqûre, pour le cas où une consultation médicale serait nécessaire.
  • Consulter Info-Santé au 811 pour savoir si un traitement préventif est nécessaire.
  • Surveiller l’apparition de symptômes et consulter un médecin au besoin.
Rage

Espèces animales à risque

  • Chauves-souris
  • Renards
  • Ratons laveurs
  • Autres animaux sauvages

Symptômes chez l’animal

  • Apparition des symptômes de 2 semaines à 6 mois après la transmission
  • Changements de comportements, isolement
  • Abattement et fatigue
  • Attitude plus agressive, tendance à mordre sans raison
  • Diminution de l’appétit et de la soif
  • Vocalisations inhabituelles
  • Salivation excessive
  • Hyperréactivité au toucher, à la lumière et aux sons
  • Mordillement de la plaie ayant causé l’infection
  • Démarche chancelante
  • Paralysie partielle ou complète
  • Mort dans les 10 jours suivant l’apparition des premiers symptômes

Important

Un animal contaminé par la rage doit toujours être isolé des autres animaux et des humains. Il doit être évalué par un vétérinaire.

Symptômes chez l’humain

  • Engourdissement ou douleur de la plaie ayant causé l’infection
  • Maux de tête
  • Fièvre
  • Sensation de malaise s’apparentant au début d’un rhume
  • Malaise généralisé
  • Mort

Contamination

  • Morsure, griffure
  • Contact de la salive de l’animal infecté avec une muqueuse ou une blessure ouverte
  • Les animaux domestiques contaminés peuvent transmettre la maladie jusqu’à 10 jours avant l’apparition des premiers symptômes.

Prévention de la maladie

  • Prévenir les morsures en se méfiant des animaux sauvages ou domestiques qu’on ne connaît pas.
  • Faire vacciner les animaux contre la rage dès l’âge de 3 mois.
  • Ne jamais toucher un animal mort à mains nues car il peut transmettre la rage.

En cas de morsure d’un animal potentiellement porteur de la rage

  • Nettoyer toute morsure ou griffure d’animal pendant au moins 10 minutes à l’eau courante et appeler Info-Santé au 811.
  • Se faire vacciner contre la rage le plus tôt possible après la morsure ou la griffure.
Salmonellose

Espèces animales à risque

  • Bovins
  • Moutons et chèvres
  • Porcs
  • Volailles
  • Chiens et chats
  • Reptiles et poissons d’aquarium

Symptômes chez l’animal

  • Absence fréquente de symptômes
  • Bovins : fièvre, diarrhée avec sang, avortements et pneumonies chez les veaux
  • Moutons et chèvres : avortements et diarrhée
  • Porcs : fièvre, diarrhée et pneumonie
  • Volailles : diarrhée
  • Chiens et chats : fièvre, faiblesse, perte d’appétit, diarrhée et vomissements
  • Salivation excessive
  • Hyperréactivité au toucher, à la lumière et aux sons
  • Mordillement de la plaie ayant causé l’infection
  • Démarche chancelante
  • Paralysie partielle ou complète
  • Mort dans les 10 jours suivant l’apparition des premiers symptômes

Symptômes chez l’humain

  • Apparition des symptômes de 6 à 72 heures après l’infection
  • Diarrhée
  • Crampes abdominales
  • Fièvre
  • Maux de tête
  • Nausées et vomissements
  • Les femmes enceintes, les jeunes enfants et les personnes âgées ou au système immunitaire affaibli peuvent souffrir de déshydratation ou d’une infection généralisée du sang.

Contamination

  • Consommation d’eau ou d’un aliment contaminé avant ou pendant la préparation
  • Consommation de viande pas assez cuite • Consommation de lait non pasteurisé ou de fromage de lait cru
  • Changement de couche d’un bébé qui a la salmonellose
  • Contact avec une personne infectée (mains mal lavées)
  • Contact direct avec un animal infecté

Prévention de la maladie

  • Se laver les mains avec de l’eau et du savon après être allé à la toilette ou après un contact avec une source potentielle de contamination.
  • Nettoyer les surfaces possiblement contaminées, surtout lors de la préparation de nourriture.
  • Éviter de nourrir les animaux avec de la viande crue.
  • Ramasser régulièrement les selles des animaux.
  • Consulter un vétérinaire si un animal a des symptômes de salmonellose.
Toxoplasmose

Espèces animales à risque

  • Chats
  • Moutons et chèvres
  • Porcs
  • Autres animaux

Symptômes chez l’animal

  • Absence de symptômes le plus souvent
  • Avortements spontanés et bébés mort-nés, lésions oculaires, encéphalites (moutons, chèvres et porcs)

Symptômes chez l’humain

  • Fatigue
  • Maux de tête
  • Fièvre
  • Douleurs musculaires
  • Inflammation des ganglions
  • Lésions oculaires

Contamination

  • Consommation d’aliments contaminés (viandes pas assez cuites, fruits et légumes mal lavés)
  • Contact avec les selles d’animaux infectés (chats, chevaux, bovins porcs)

Prévention de la maladie

  • Garder les aliments des animaux à l’abri des chats et des rongeurs.
  • Faire stériliser les chats et les nourrir adéquatement pour les empêcher de chasser.
  • Ne pas nourrir les chats avec de la viande crue.
  • Garder les chats de préférence à l’intérieur, surtout si des personnes au système immunitaire fragile vivent dans la maison.
  • Enlever les excréments de la litière des chats tous les jours pour éviter que les parasites aient le temps de devenir infectieux.
  • Utiliser de la litière agglomérante, moins propice au développement des parasites.
  • Désinfecter régulièrement le bac avec de l’eau bouillante.