Aller au contenu principal

Enfants ou adolescents à la ferme

La ferme est souvent un milieu de travail familial. Des membres de la famille des agricultrices et agriculteurs peuvent participer aux tâches agricoles ou simplement être présents sur la ferme. Parmi eux, il peut y avoir des enfants ou des adolescents, par exemple les enfants des agriculteurs ou de leurs amis. Les jeunes doivent pouvoir être sur la ferme en toute sécurité, qu’ils participent aux tâches quotidiennes de la ferme, qu’ils y jouent ou qu’ils y font leurs activités.

Un agriculteur peut embaucher des jeunes sur sa ferme. Avant tout, il doit connaître ses obligations d’employeur, mais aussi les conditions particulières qui s’appliquent pour le travail des jeunes, notamment pour l’horaire de travail. La présence à l’école doit demeurer la priorité.

Démarche de prévention à mettre en place

Démarche JETEM ou Je t’aime

En tant que parents, les agricultrices et agriculteurs souhaitent ce qu’il y a de mieux pour leurs enfants et doivent leur assurer un milieu de vie sécuritaire. La mise en place de mécanismes de prévention des accidents contribue à assurer la sécurité des enfants et des adolescents présents sur leur ferme. Pour les aider, la CNESST leur propose la démarche JETEM comme démarche de prévention des accidents.

Cette démarche est une façon simple de développer le réflexe de la prévention et de se poser les bonnes questions pour assurer la sécurité des enfants et des adolescents sur la ferme.

La démarche JETEM permet aux agriculteurs d’analyser une tâche ou une activité qu’un enfant ou un adolescent fera pour identifier le plus de risques possible et faire en sorte que le jeune soit en sécurité. Le Jugement de l’adulte qui supervise le jeune englobe toute la démarche pour laquelle il faut répondre objectivement à des questions portant sur les 4 éléments suivants :

  • l’Enfant
  • les Tâches
  • l’Environnement
  • le Matériel

Enfant

Avant de confier une tâche à un enfant ou à un adolescent présent sur sa ferme, l’agriculteur doit prendre en compte ses capacités physiques, sa maturité et ses besoins. Il doit aussi s’assurer que le jeune connaît bien les consignes de sécurité.

Tâches

Lorsqu’un enfant ou un adolescent est présent sur la ferme, une personne responsable doit veiller sur lui et doit pouvoir lui accorder toute l’attention nécessaire. Cette personne doit être désignée clairement, et ses tâches ne doivent pas nuire à son rôle de surveillance ou de supervision.

Si le jeune participe aux tâches de la ferme, il faut déterminer les risques en lien avec ses capacités et ses besoins. Par exemple:

  • Est-ce que l’enfant ou l’adolescent est assez mature pour effectuer cette tâche?
  • Quelle force et quel niveau d’endurance sont requis pour cette tâche?
  • Est-ce que la tâche aura des répercussions sur ses études ou son sommeil?

Environnement

En plus d’être un lieu de travail, la ferme peut aussi être un endroit où les enfants et les adolescents jouent ou font toutes sortes d’activités. Pour s’assurer que la ferme est un environnement sécuritaire pour eux, l’agriculteur ou l’agricultrice doit notamment s’assurer que les endroits interdits d’accès sont bien contrôlés, par exemple une échelle non accessible ou une porte cadenassée.

Il faut aussi :

  • avoir un contact visuel avec le jeune en tout temps
  • pouvoir l’entendre et communiquer avec lui facilement
  • s’assurer qu’il n’est pas caché par des objets ou dans l’angle mort d’un véhicule

Matériel

Le matériel utilisé dans le domaine de l’agriculture, comme les outils, les machines et l’équipement, peut être dangereux pour un enfant ou un adolescent. Il est donc important de s’assurer que le matériel est adapté aux capacités du jeune et qu’il sait bien s’en servir. Le matériel doit aussi être fonctionnel, en bon état et sécuritaire.

Tâches agricoles confiées à un enfant ou à un adolescent

Selon l’âge du jeune, il peut être initié à certains apprentissages, et certaines tâches agricoles peuvent lui être confiées. La brochure Sécurité des enfants à la ferme est un guide pour les parents, dans lequel sont entre autres présentés différents apprentissages ou tâches qu’un enfant ou un adolescent peut faire selon son âge. Pour en savoir plus sur un apprentissage ou une tâche en particulier, n’hésitez pas à consulter les directives de travail pour les jeunes dans l’agriculture de l’Association canadienne de sécurité agricole.

Supervision de l’enfant ou de l’adolescent

Sur une ferme, lorsqu’une tâche est confiée à un jeune, il doit être formé et supervisé pour qu’il puisse accomplir sa tâche en toute sécurité. Le niveau de supervision d’un enfant ou d’un adolescent dépend de différents facteurs, comme :

  • son âge, ses capacités, sa maturité
  • la nouveauté ou la complexité de la tâche
  • le matériel qu’il doit utiliser pour faire sa tâche
  • les risques présents

Niveaux de supervision recommandés

Pour les tâches, ces niveaux de supervision sont à titre indicatif. Pour une même tâche, 2 enfants du même âge peuvent nécessiter des niveaux de supervision différents.

Surveillance immédiate et constante

La surveillance immédiate et constante s’applique aux enfants de 6 ans ou moins. À cet âge, les enfants ne sont pas considérés comme aptes à effectuer des tâches agricoles de façon sécuritaire. Il faut qu’un adulte puisse les surveiller constamment sans effectuer d’autres tâches qui pourraient nuire à la surveillance de l’enfant.

Supervision constante

La supervision constante concerne les enfants de 7 à 10 ans. Elle s’applique aussi lorsque l’enfant réalise une nouvelle tâche, peu importe son âge. Il doit toujours être accompagné et doit pouvoir être vu et entendu par l’adulte qui le supervise.

Supervision intermittente

La supervision intermittente s’adresse aux jeunes de 11 ans ou plus pour qui la tâche n’est pas nouvelle, mais qui sont encore en apprentissage. L’adulte qui le supervise peut être hors de portée de vue et de voix pendant un maximum de 15 minutes.

Supervision périodique

La supervision périodique concerne les adolescents qui maîtrisent bien leur tâche. L’adulte qui supervise doit pouvoir observer l’adolescent au moins toutes les 15 à 30 minutes.

Au fur et à mesure que l’adolescent acquiert de l’autonomie et démontre une maturité suffisante, le niveau de supervision peut être progressivement réduit.