Aller au contenu principal

Coup de chaleur

Dans certains secteurs, comme l’agriculture, la foresterie, l’horticulture et la construction, le travail à l’extérieur est très fréquent. Par temps très chaud, il est important de se protéger du soleil et de la chaleur. Le travail en usine ou en cuisine peut aussi exposer les travailleuses et travailleurs à des températures très élevées.

Une température ambiante et un taux d’humidité élevés, le travail en plein soleil, le port de vêtements sombres et inadéquats, des tâches exigeantes faites sans périodes de repos, un manque d’hydratation adéquat et un manque d’acclimatation à la chaleur sont tous des facteurs de risque de coup de chaleur. Il est donc important d'évaluer le niveau de risque par temps chaud.

Dans ces conditions, l’employeur doit mettre en place des mesures préventives pour fournir à son équipe de travail des conditions sécuritaires, surtout lors de vagues de chaleur. Les travailleurs doivent appliquer ces mesures et porter une attention particulière à leur état général et à celui de leurs collègues.

Signes et symptômes

Premier niveau

Épuisement par la chaleur – Prendre une pause dans un endroit frais rapidement, s’hydrater et consulter un médecin si l’état se détériore

  • Peau pâle, chaude et moite
  • Transpiration excessive
  • Respiration rapide
  • Étourdissements, vertiges
  • Fatigue inhabituelle

Deuxième niveau

Coup de chaleur – Urgence médicale

  • Absence de transpiration
  • Peau chaude et sèche
  • Propos incohérents
  • Perte d’équilibre, démarche chancelante
  • Somnolence
  • Nausées et vomissements
  • Perte de conscience, convulsions
Premiers secours – Coup de chaleur
  1. Alerter les premiers secours : les secouristes en milieu de travail et le service 911
  2. Transporter la personne à l’ombre ou dans un endroit frais et enlever ses vêtements
  3. Asperger son corps d’eau
  4. Faire le plus de ventilation possible
  5. Lui donner de l’eau fraîche en petites quantités si elle est consciente et lucide
Moyens de prévention pour les travailleuses et travailleurs
  • Ajuster son rythme de travail en fonction de son acclimatation à la chaleur et des conditions climatiques (ex. : chaleur, humidité, ensoleillement)
  • Prendre des pauses (chaque heure, et d’une durée appropriée selon la température) à l’ombre ou dans un endroit frais
  • Boire au moins un verre d’eau fraîche toutes les 20 minutes, ou plus fréquemment, même si la soif ne se fait pas sentir, comme indiqué dans l’utilitaire Température de l’air corrigée (TAC) de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST)
  • Porter des vêtements légers, de couleur claire, de préférence en coton, pour favoriser l’évaporation de la sueur
  • Se couvrir la tête pour travailler à l’extérieur
  • Travailler en équipe ou en paire et éviter le travail isolé
  • Redoubler de prudence en cas de problèmes de santé ou de prise de médicaments
  • Arrêter le travail aux premiers symptômes de malaise
  • Signaler immédiatement aux collègues, aux secouristes et au superviseur tout symptôme ressenti ou les comportements inhabituels d’un autre travailleur
Moyens de prévention pour les employeurs et les maîtres d’œuvre
  • Planifier l’organisation du travail pour les journées chaudes (ex. : approvisionnement en eau et en équipement nécessaire)
  • Informer les travailleurs et les superviseurs des dangers d’un coup de chaleur (les risques, les signes, les symptômes), des premiers secours et des moyens de protection mis à leur disposition
  • Fournir de l’eau fraîche aux travailleurs en quantité suffisante et s’assurer qu’ils y ont accès et qu’ils en boivent (prévoir au moins un verre d’eau toutes les 20 minutes)
  • Encourager les travailleurs à être attentifs aux symptômes et aux signes de malaise causés par la chaleur
  • Confier aux travailleurs un travail plus léger au besoin et remettre à plus tard ou à une période plus fraîche de la journée les tâches physiques non essentielles
  • Aménager des zones de travail et de repos à l’ombre, ou dans un endroit frais ou climatisé
  • Accorder des pauses aux travailleurs toutes les heures et s’assurer qu’ils prennent ces pauses dans des endroits frais, climatisés ou ombragés
  • S’assurer que les travailleurs à risque prennent une pause de durée appropriée toutes les heures et augmenter la durée des pauses à mesure que la chaleur augmente. Consulter les utilitaires de l’IRSST au besoin
  • Permettre une rotation des tâches ou modifier les horaires de travail
  • Prioriser le travail en équipe et interdire que les travailleurs soient isolés
  • Fournir des aides mécaniques à la manutention
  • Utiliser un ventilateur pour créer un mouvement d’air en direction des travailleurs, si la température de l’air n’est pas trop élevée
  • Évacuer la chaleur et la vapeur d’eau hors des bâtiments au moyen d’un système de ventilation et isoler les sources de chaleur radiante
  • Être en mesure d’assurer les premiers secours rapidement (système de communication, secouristes formés, entente avec un service d’urgence hospitalier, etc.)

Mesures particulières à un secteur d’activité

Service des incendies

Les vêtements de protection, le temps chaud en été et la proximité du feu exposent les pompiers à des températures souvent élevées qui peuvent causer un coup de chaleur. Cela est sans compter que le poids de leur équipement et l’effort physique requis par leur travail leur font perdre beaucoup d’eau.

Il est donc très important pour les pompiers d’être attentifs à l’apparition des premiers symptômes d’un coup de chaleur. Ils doivent aviser leur partenaire ou l’officier responsable pour être pris en charge rapidement.

Zone de réhabilitation

Une zone de réhabilitation est souvent mise en place sur les lieux d’un incendie et permet l’application de mesures de prévention visant à prévenir les coups de chaleur. Elle permet aux pompiers de :

  • s’hydrater
  • se refroidir (ou se réchauffer en période hivernale)
  • se reposer

En lien avec ce sujet