Aller au contenu principal

Appareils de protection respiratoire

Certains milieux de travail peuvent contenir des contaminants sous forme de gaz, de fumées, de vapeurs, de poussières et de brouillards. L’amiante, la silice cristalline et plusieurs produits chimiques présentent un risque pour la santé des travailleuses et travailleurs. Ceux-ci doivent donc être protégés contre ces contaminants lorsqu’ils sont présents en trop grande quantité dans l’air. Des mesures visant la prévention de l’exposition des travailleuses et des travailleurs doivent alors être déployées pour diminuer les risques de développer une maladie ou un problème de santé. Porter un appareil de protection respiratoire (APR) en fait partie.

Réduire l’exposition à la source

Selon la hiérarchie des moyens de prévention, la première étape pour protéger le personnel est de contrôler la présence de contaminants et de matières dangereuses ou toxiques à la source. Pour y arriver, on peut notamment remplacer un produit ou un procédé par un autre, plus sécuritaire, ou installer un système de ventilation qui aspire à la source les vapeurs et les poussières toxiques. Il est aussi possible de délimiter les zones de travail et de les isoler pour limiter le nombre de travailleurs exposés aux contaminants. Un programme de prévention doit être élaboré et mis en application de façon obligatoire pour certaines entreprises. Ce programme devra considérer les risques d’exposition aux contaminants. Pour les autres entreprises, un programme de prévention est recommandé puisqu’il demeure l’un des meilleurs outils pour la prise en charge des risques.

Dans le cas où ces mesures sont insuffisantes, des APR sont nécessaires.

  • Chacun de ces appareils a une efficacité déterminée en fonction de sa conception et de son mode de fonctionnement. La mesure de cette efficacité se nomme le facteur de protection caractéristique (FPC).
  • Un programme de protection respiratoire doit être mis en place lorsque des APR sont nécessaires.

Le port d’un APR est aussi nécessaire lorsque la concentration en oxygène est trop basse (inférieure à 19,5 %). Dans ce dernier cas, seul un APR à adduction d’air permettra de protéger le travailleur.

Norme CSA Z94.4-11

L’appareil porté par le travailleur doit être certifié par le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH). Le Manuel d’utilisation de l’outil de sélection des appareils de protection respiratoire de NIOSH a été rédigé par l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) pour permettre l’utilisation de la liste NIOSH malgré qu’elle soit en anglais. Un programme de protection respiratoire conforme à la norme CSA Z94.4-11 - Choix, utilisation et entretien des appareils de protection respiratoire doit être élaboré et mis en application. Ce programme permet notamment de choisir l’APR selon la tâche à exécuter.

Dans le cadre de ce programme, l’employeur doit aussi expliquer à ses travailleurs comment fonctionne l’APR qui doit être utilisé, comment l’utiliser et les raisons justifiant la nécessité de le porter. Il doit ensuite s’assurer que ces informations sont bien comprises.

S’assurer d’un lien étanche avec le visage

Un essai d’ajustement doit être effectué lorsqu’un appareil nécessite un joint étanche avec le visage (lors du port de demi-masque, de masque complet ou d’une cagoule étanche). Cet essai est seulement valide avec l’APR choisi : même marque, modèle et grandeur. Il doit être répété au moins tous les 2 ans pour s’assurer que l’étanchéité entre le visage et l’appareil est maintenu. L’essai doit être refait avant si des changements à la morphologie du visage surviennent (ex. modification du poids, de la dentition). Pour qu’un joint étanche puisse se former entre la peau et la surface de l’appareil, rien ne doit s’interposer entre les 2 (barbe, cheveux, piercing, lunette de protection, etc.).

Important

Les APR doivent être fournis gratuitement par l’employeur. Le comité de santé et de sécurité, lorsqu’il existe, doit participer au choix de l’appareil qui, tout en étant conforme, est le plus adapté aux tâches.

Programme de protection respiratoire

Ce programme doit comprendre ces éléments :

  • rôles et responsabilités
  • évaluation des dangers
  • choix d’un APR approprié
  • formation
  • essais d’ajustement
  • utilisation des appareils
  • nettoyage, inspection, entretien et entreposage des appareils
  • surveillance de la santé des travailleurs
  • évaluation du programme
  • tenue des registres

Types d’appareils de protection respiratoire

Appareils à épuration d’air

Les appareils à épuration d’air purifient l’air contaminé de la zone de travail. Pour faire passer l’air au travers du média épurant, ces appareils utilisent la force respiratoire du travailleur ou celle d’un moteur. Dans les deux cas, l’épuration éliminera le contaminant sous forme particulaire dans l’air à l’aide d’un filtre ou en captant les gaz ou les vapeurs à l’aide d’une cartouche.

Appareils à épuration d’air non motorisés

Ce sont les principaux appareils employés sur les lieux de travail. Ces appareils utilisent la force inspiratoire du travailleur pour faire traverser l’air dans le milieu épurant.

La cartouche des appareils qui en sont pourvus doit être changée selon un indicateur de fin de service ou selon un horaire de fin de service. Le logiciel Saturisk de l’IRSST peut être utilisé pour calculer le temps de fin de service des cartouches. Des fabricants proposent également des utilitaires pour effectuer ce calcul. Les temps de changement de cartouches doivent être consignées dans le programme de protection respiratoire. Il est interdit de se fier à l’irritation ou au goût pour planifier le changement des cartouches. Cependant, si l’utilisateur venait à goûter ou à être irrité en raison du contaminant en cours d’utilisation d’une cartouche, il devra quitter la zone de travail et changer sa cartouche.

Dans le cas des demi-masques, il existe des pièces faciales filtrantes, aussi appelés masques jetables. Ces pièces faciales permettent de contrôler l’exposition aux aérosols (poussières et brouillards). Il existe aussi des demi-masques qui sont réutilisables. Ceux-ci peuvent protéger des poussières ou des gaz et des vapeurs selon l’élément d’épuration utilisé.

Les masques complets sont tous réutilisables. Des cartouches ou des filtres peuvent y être installés, ce qui permet de protéger contre certains contaminants.

Types de pièces faciales disponibles pour ce type d’appareil :

  • demi-masque (incluant les pièces faciales filtrantes) (FPC de 10)
  • masque complet (FPC de 50)

Appareils à épuration d’air à ventilation assistée

Dans ces appareils, une pompe aspire l’air du milieu de travail pour le faire passer au travers d’un élément d’épuration. Celui-ci élimine les vapeurs et les aérosols indésirables. Les appareils à ventilation assistée doivent avoir des éléments d’épuration adaptés pour permettre de capter les contaminants présentant un danger pour les travailleurs.

Les appareils à ventilation assistée sont notamment utilisés sur les chantiers de désamiantage.

Types de pièces faciales disponibles avec ce type d’appareil :

  • demi-masque (FPC de 50)
  • masque complet (FPC de 1 000)
  • cagoule (FPC de 25 pour les systèmes à débit continu; un FPC de 1 000 peut être assigné en présence de facteurs de protection simulés en milieu de travail démontrant cette protection; cette information est disponible auprès du fabricant)
  • casque avec visière-écran (FPC de 25)

Certaines de ces pièces faciales procurent une protection oculaire, en plus de la protection des voies respiratoires. Dans certains cas, un casque conforme à la norme CSA est disponible avec ces appareils, ce qui facilite l’intégration des équipements de protection individuelle.

Appareils de protection respiratoire à approvisionnement d’air

Les APR à approvisionnement d’air utilisent une source d’air propre pour alimenter la pièce faciale. Il en existe deux types : les appareils à adduction d’air et les appareils autonomes.

Appareils à adduction d’air

Ces appareils utilisent un tuyau pour acheminer l’air comprimé vers le travailleur. L’air acheminé peut provenir :

  • d’un cylindre rempli d’air comprimé respirable qui n’est pas porté par l’utilisateur
  • d’une pompe à air ambiant déplaçant de l’air à une faible pression
  • d’un compresseur déplaçant de l’air à une plus grande pression

Dans tous ces cas, l’air acheminé doit provenir d’une source propre d’air et répondre aux critères d’une norme spécifique à ces systèmes (CSA Z180.1-00).

Les systèmes à adduction d’air sont utilisés notamment dans le secteur de la carrosserie automobile pour les ateliers de peinture et lors du décapage au jet d’abrasifs. Pour le décapage au jet d’abrasifs, des cagoules de type CE doivent être utilisées, puisqu’elles résistent au rebond des projections.

Types de pièces faciales disponibles avec ce type d’appareil :

  • demi-masque (FPC de 50 pour les systèmes à surpression et à débit continu)
  • masque complet (FPC de 1 000 pour les systèmes à surpression et à débit continu)
  • cagoule (FPC de 25 pour les systèmes à débit continu; un FPC de 1 000 peut être assigné en présence de facteurs de protection simulés en milieu de travail démontrant cette protection; cette information est disponible auprès du fabricant)
  • casque avec visière-écran (FPC de 25 pour les systèmes à débit continu)

Il est important de s’assurer que les APR n’ont pas de dispositif pouvant couper l’alimentation en air dans la pièce faciale dans le cas des masques qui fonctionnent à la demande. Les APR avec les modes de fonctionnement à surpression (aussi nommé à la demande à la pression) et à débit continu sont permis.

Appareils de protection respiratoire autonomes

Les APR autonomes sont aussi des appareils à approvisionnement d’air. L’air peut provenir d’une bonbonne d’air comprimé respirable transportée par le travailleur (appareil à circuit ouvert) ou d’oxygène généré chimiquement (appareil à circuit fermé). Ils permettent aux travailleurs qui les portent d’entrer dans des endroits pauvres en oxygène ou contenant des gaz toxiques à concentration élevée ou inconnue.

Les appareils à circuit fermé sont surtout utilisés pour des opérations de sauvetage et d’évacuation dans les mines. Les informations concernant les différentes parties de l’appareil se trouvent dans le Manuel de formation en sauvetage minier, dans la section 6 - Appareils de protection respiratoire autonomes.

Les appareils à circuits ouverts sont utilisés fréquemment par les pompiers et lors d’entrées en espace clos, comme une préfosse à lisier.

Types de pièces faciales disponibles avec ce type d’appareil :

  • masque complet (FPC de 10 000 pour les appareils à circuit ouvert à surpression)
  • cagoule hermétique (FPC de 10 000 pour les appareils à circuit ouvert à surpression)

Il est important de s’assurer que les APR n’ont pas de dispositif pouvant couper l’alimentation en air dans la pièce faciale dans le cas des masques qui fonctionnent à la demande. Les APR avec les modes de fonctionnement à surpression (aussi nommé à la demande à la pression) sont permis.