Aller au contenu principal

Construction

Important

Avec l’arrivée du variant Omicron et la hausse des cas de COVID‑19, la CNESST appelle les milieux de travail à renforcer les mesures sanitaires. Depuis le lundi 20 décembre, les trois mesures suivantes s’appliquent :

  • Télétravail obligatoire
  • Distanciation minimale de deux mètres entre les personnes
  • Port du masque de qualité en continu

Les trousses et outils COVID‑19 sont en cours de mise à jour.


Retour au travail des travailleuses et travailleurs qui offrent un service essentiel et qui sont en isolement dû à la COVID‑19

De nouvelles directives sur le retour au travail des travailleuses et travailleurs qui offrent un service essentiel et qui sont en isolement à la suite d’une exposition ou d’une infection à la COVID‑19 sont en vigueur. Ces mesures sont à envisager dans un contexte de rupture de services. Pour plus d’information, consulter :


Nouvelles consignes d’isolement des travailleuses et des travailleurs et gestion des contacts

Pour plus d’information, consulter :

Ce guide vise à soutenir les entreprises du secteur de la construction pour la prise en charge de la santé et la sécurité du travail (SST) dans leur milieu de travail. Les informations contenues dans ce guide sont tirées des recommandations produites par le directeur national de santé publique (DNSP), le Réseau de santé publique en santé au travail (RSPSAT) et l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Le présent guide précise les attentes de la CNESST en lien avec celles-ci.

Les mesures proposées doivent être adaptées par les différents secteurs en fonction de leurs spécificités pour s’assurer que les activités peuvent reprendre ou continuer dans les conditions les plus sûres et les plus saines possible dans le contexte de la COVID-19.

En période de crise, il est important que travailleuses, travailleurs et employeurs et autres acteurs du milieu collaborent afin d’avoir des milieux de travail sains et sécuritaires pour tous! Le dialogue et la coopération sont essentiels pour y arriver.

Afin d’obtenir les mesures applicables pour leur clientèle, les milieux de travail doivent se référer aux consignes de la Direction générale de la santé publique.

*L’affiche en français doit obligatoirement avoir prédominance sur l’affiche en anglais. La version traduite de l’affiche doit être apposée à côté de celle en français.

Mesures de prévention à mettre en place pour protéger la santé des travailleuses et des travailleurs

L’ensemble des employeurs du Québec doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique du travailleur. Sur les chantiers, les employeurs et le maître d’œuvre ont les mêmes obligations pour assurer la santé et la sécurité des travailleuses et des travailleurs.

Quant aux travailleuses et travailleurs, il leur appartient de prendre les mesures nécessaires pour protéger leur santé, leur sécurité et leur intégrité physique, et de veiller à ne pas mettre en danger la santé, la sécurité ou l’intégrité physique des autres personnes qui se trouvent sur les lieux de travail ou à proximité de ceux-ci.

Dans l’éventualité où un milieu de travail ne respecterait pas les lignes directrices émises par la Direction de la santé publique et que l’employeur ne prendrait pas en charge le risque biologique lié à la COVID-19, un inspecteur de la CNESST pourrait exiger la fermeture de ce milieu de travail jusqu’à ce que des correctifs soient apportés par l’employeur. Les contrevenants sont susceptibles de se voir remettre un constat d’infraction.

Mode de transmission

Les coronavirus infectent habituellement le nez, la gorge et les poumons. Ils se propagent le plus souvent au moyen de particules dans l’air lors de contact auprès d’une personne infectée, symptomatique ou non. Ils peuvent aussi se propager par des mains contaminées. Ainsi, se toucher la bouche, le nez ou les yeux après avoir eu un contact avec une personne infectée ou une surface contaminée est une manière de contracter la COVID-19.

Les coronavirus vont subsister quelques heures sur les objets inertes à surfaces sèches et quelques jours sur les objets inertes à surfaces humides. 

Mesures de prévention

L’employeur doit procéder à une identification des risques de transmission de la COVID-19 dans son milieu de travail. À défaut de pouvoir éliminer les risques de contamination, il doit viser à les diminuer et à les contrôler. Il doit déterminer les tâches durant lesquelles les travailleuses et les travailleurs peuvent être exposés au virus.

Des mesures de prévention peuvent être appliquées pour diminuer les risques de transmission de la COVID-19. Elles reposent sur les principes de l’exclusion des personnes symptomatiques des lieux de travail, de distanciation physique, de l’hygiène des mains, de l’étiquette respiratoire ainsi que du maintien de mesures d’hygiène avec les outils, les équipements et les surfaces fréquemment touchés.

Validation de l’état de santé des travailleuses et des travailleurs arrivant sur le chantier

Il est important d’informer la travailleuse ou le travailleur qu’il doit rester chez lui s’il ressent des symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19.

Le questionnaire des symptômes COVID-19 doit être utilisé sur les chantiers de construction. L’employeur doit valider quotidiennement l’état de santé de chacun de ses travailleurs, lors de son arrivée sur le chantier, en lui demandant de répondre aux questions suivantes :

Bloc A

Une réponse « Oui » à un seul des symptômes suivants justifie un retrait immédiat du travail.

  • Avez-vous la sensation d’être fiévreux, d’avoir des frissons comme lors d’une grippe, ou une fièvre mesurée avec une température prise par la bouche égale ou supérieure à 38,1 oC (100,6 oF)?
  • Avez-vous de la toux récente ou une toux chronique aggravée depuis peu?
  • Avez-vous de la difficulté à respirer ou êtes-vous essoufflé?
  • Avez-vous un mal de gorge?
  • Avez-vous une perte soudaine de l’odorat sans congestion nasale (nez bouché), avec ou sans perte de goût?
  • Avez-vous le nez qui coule ou une congestion nasale (nez bouché) de cause inconnue?
  • Êtes-vous en attente d’un test de dépistage exigé par la santé publique, ou est-ce que la santé publique vous a demandé de respecter une période d’isolement?

Bloc B

Une réponse « Oui » à au moins deux des symptômes suivants justifie un retrait immédiat du travail.

  • Avez-vous des maux de ventre?
  • Avez-vous des nausées (maux de cœur) ou des vomissements?
  • Avez-vous la diarrhée?
  • Avez-vous une perte d’appétit importante?
  • Éprouvez-vous une fatigue intense inhabituelle sans raison évidente?
  • Avez-vous des douleurs musculaires ou des courbatures inhabituelles (non liées à un effort physique)?
  • Souffrez-vous d’un mal de tête inhabituel?

La travailleuse ou le travailleur doit alors contacter le 1 877 644-4545.

La prise de température n’est pas recommandée parce que le résultat n’est pas fiable, surtout pour des travailleurs qui réalisent leurs tâches à l’extérieur.

Les réponses à ces questions sont des renseignements de nature confidentielle. L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour s’assurer de la protection de la confidentialité de ces renseignements.

Procédure à suivre lorsqu’une travailleuse ou un travailleur présente des symptômes sur un chantier ou est diagnostiqué avec la COVID-19

La travailleuse ou le travailleur qui présente des symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19, comme indiqués sur le site du gouvernement, doit être isolé immédiatement et porter un masque de qualité. Un appel au 1 877 644-4545 permettra d’obtenir les indications à suivre.

Une fois que la personne présentant des symptômes a quitté les lieux de travail, interdire l’accès au local d’isolement en attendant de le nettoyer et de désinfecter les surfaces et les objets touchés par la personne.

Les travailleurs qui reçoivent un résultat positif à la COVID-19 doivent en aviser leur employeur selon les consignes reçues par la Direction de la santé publique.

L’employeur doit collaborer aux enquêtes épidémiologiques effectuées par la Direction de la santé publique.

Les résultats de l’enquête de la Direction de la santé publique permettront de déterminer si les personnes qui ont été en contact avec la personne symptomatique peuvent se présenter au travail ou doivent s’isoler.

Critères pour le retour au travail d’une travailleuse ou d’un travailleur ayant contracté la COVID-19

C’est la Direction de la santé publique qui autorise la levée de l’isolement. Cela est généralement possible lorsque tous les critères suivants sont satisfaits :

  • une période d’au moins 10 jours écoulés depuis le début des symptômes ou la date du prélèvement pour les asymptomatiques avec un résultat positif;
  • une absence de symptômes aigus depuis 24 heures (excluant une toux résiduelle qui peut persister) ;
  • une absence de fièvre depuis 48 heures (sans prise d’antipyrétiques).

Si un travailleur est identifié comme contact d’un cas confirmé de COVID-19 sur un chantier, il doit respecter les consignes de la santé publique. Les travailleurs et travailleuses doivent respecter l’ordre d’isolement de la santé publique et ne peuvent travailler sur un autre chantier avant la fin de la période d’isolement.

Planification des travaux pour respecter la distanciation physique

Le maître d’œuvre et l’employeur doivent faire tout ce qui est possible pour planifier les travaux de façon à respecter une distance physique minimale de 2 mètres entre les travailleurs.

Le maître d’œuvre et l’employeur doivent aussi porter une attention particulière pour faire respecter la distance physique minimale de 2 mètres dans les situations suivantes : arrivée au chantier, pause, repas et sortie du chantier.

Il faut planifier la répartition des travaux dans le temps pour éviter la présence d’un grand nombre de travailleurs au même endroit, en même temps. Si une équipe de travailleurs est formée, il est recommandé de garder les mêmes travailleurs dans l’équipe tout au long du chantier.

Transport des travailleurs

Mesures générales

La ventilation mécanique ou naturelle (selon le cas) doit être optimisée. De plus, la ventilation dans le véhicule doit permettre l’apport d’air extérieur.
Les surfaces touchées par les travailleurs doivent être nettoyées après chaque quart de travail. 

En véhicule de promenade ou en camion

Lorsque 2 personnes ou plus utilisent un véhicule, les travailleurs doivent porter un masque de qualité en tout temps. Pour la personne qui conduit, des exemptions sont prévues ci-dessous.

En autobus

Pour le transport des travailleurs en autobus, ces derniers doivent porter un masque de qualité en tout temps. Limiter la capacité de l’autobus à 50 %. Pour la personne qui conduit, des exemptions sont prévues ci-dessous.

En ascenseur

Pour le déplacement des travailleurs en ascenseur, ils doivent porter un masque de qualité en tout temps. Limiter la capacité de l’ascenseur à 50 %.

Conditions pour l’exemption du port du masque de qualité en tout temps pour la personne qui conduit un véhicule en présence de passagers. 

Les conductrices et conducteurs peuvent enlever leur masque de qualité lorsqu’ils sont seuls à bord de leur véhicule. Ils doivent le remettre dès qu’un passager ou un collègue y entre. 

Lorsqu’il y a formation de buée dans les lunettes de prescription lors de la conduite, des mesures rigoureuses de prévention doivent être mises en place pour assurer une protection minimale du conducteur ou de la conductrice.

  • Maintenir une distanciation de 2 mètres ou installer des barrières physiques
  • Limiter au strict nécessaire les périodes sans port du masque de qualité
Mesures d’hygiène à mettre en place sur un chantier

Présence de toilettes sur les chantiers

Dès le premier jour des travaux, une toilette doit être mise à la disposition des travailleuses et des travailleurs. Pour les chantiers de 25 travailleurs et plus, celle-ci doit comporter une ou des toilettes à chasse ainsi qu’un lavabo, selon le Code de sécurité pour les travaux de construction.

En effet, un lavabo alimenté avec de l’eau propre et tempérée doit être mis à la disposition des travailleuses et des travailleurs dans chacune des toilettes à chasse. Il doit être maintenu propre et en bon état de fonctionnement.

De plus, les produits suivants doivent être mis à la disposition des travailleuses et des travailleurs :

  • du savon ou une autre substance nettoyante ;
  • un séchoir à mains, des essuie-mains enroulables ou des serviettes de papier jetables.

Dans le cas où des serviettes de papier sont utilisées, des poubelles destinées à les jeter après usage, sans contact si possible, doivent être disponibles.

Autres actions à réaliser

  • Une affiche qui indique que l’eau n’est pas potable doit être apposée à la vue des travailleurs.
  • Pour les chantiers de moins de 25 travailleurs, une toilette chimique peut être utilisée.
  • Il faut nettoyer et désinfecter les toilettes au moins deux fois par quart de travail : au milieu du quart de travail et à la fin de celui-ci.
  • Il est important de nettoyer et de désinfecter les surfaces susceptibles d’être touchées par les travailleurs.

Présence d’eau pour se laver les mains

  • L’employeur doit rendre disponibles des moyens pour permettre aux travailleurs de se laver les mains sur le chantier.
  • La promotion du lavage des mains avec de l’eau et du savon pendant au moins 20 secondes doit être une priorité sur le chantier.
  • S’il n’est pas possible d’avoir accès à du savon et à de l’eau, une solution hydroalcoolique ayant une concentration en alcool d’au moins 60 % doit être utilisée pendant au moins 20 secondes.
  • L’utilisation d’unités mobiles de nettoyage est recommandée lorsqu’elle est pertinente.

Tous les travailleurs sur le chantier doivent se nettoyer les mains :

  • en arrivant et en quittant le chantier;
  • avant d’avoir mangé et après l’avoir fait;
  • avant et après la pause;
  • avant de fumer et après avoir fumé;
  • lors du passage aux toilettes;
  • lors du port et du retrait d’un équipement de protection individuelle.

Propreté de la salle à manger

Selon le Code de sécurité pour les travaux de construction, l’employeur qui occupe au moins 10 travailleurs pendant plus de 7 jours doit mettre à leur disposition un local pour qu’ils y prennent leurs repas.

Il est important de nettoyer les tables de la salle à manger avant et après chaque utilisation. La table devrait être recouverte d’une surface facilement lavable (plastique ou surface lisse), et la salle à manger ainsi que ses appareils et accessoires (réfrigérateur, micro-ondes, chaises, poignées, etc.) doivent être nettoyés et désinfectés à chaque quart de travail pour éviter la contamination.

Pour qu’une distance minimale de 2 mètres entre les travailleurs, lors des repas, soit maintenue, plusieurs options peuvent être mises en place selon l’organisation du chantier, comme l’ajout de roulottes ou de plusieurs périodes de repas pour éviter la présence de tous les travailleurs en même temps dans une même roulotte. Alternativement, des barrières physiques peuvent être installées pour séparer les travailleurs.

Il est aussi nécessaire de laisser un espace entre les vêtements de travail suspendus sur les crochets dans la roulotte et il est interdit d’entreposer des outils, des équipements et du maté- riel dans la salle à manger.

Nettoyage des outils

À la fin de chaque quart de travail, il est important de procéder au nettoyage des outils et de l’équipement de travail partagés.

L’utilisation de gants par les travailleurs n’est pas une protection exigée contre la COVID-19.

Par ailleurs, selon la Direction de la santé publique, le virus ne traverse pas la peau. Il est donc recommandé d’appliquer les mesures d’hygiène universelles comme ne pas mettre ses mains sur son visage et se laver les mains régulièrement.

Mesures de prévention lors de travaux dans un lieu contaminé par la COVID-19

Lors de travaux d’urgence (plomberie, électricité, etc.) dans un lieu où se trouve une personne confirmée ou suspectée pour la COVID-19, il faut garder une distance physique d’au moins 2 mètres et porter un masque médical. S’il est nécessaire de s’approcher à moins de 2 mètres de cette personne, un appareil de protection respiratoire (APR) minimalement de type N95 est requis. À noter qu’il peut être nécessaire pour d’autres considérations de porter un APR (ex. : exposition à la silice cristalline).

Il est important de nettoyer ses mains et les outils en quittant les lieux de travail.

Advenant qu’un protocole de protection plus sévère soit en vigueur (ex. : dans un hôpital), celui-ci doit être suivi.

Équipements de protection collectifs pour diminuer les risques de propagation de la COVID-19

Lors de travaux effectués à l’intérieur, il est recommandé d’assurer un apport d’air frais. L’apport d’air frais peut être effectué par une ventilation naturelle en ouvrant les fenêtres ou par une ventilation mécanique. Il est à noter que le mouvement de l’air par une ventilation mécanique ne doit pas être dirigé directement vers les travailleurs.

Utilisation d’équipements de protection individuelle spécifiques à la COVID-19

Un masque de qualité est fourni par l’employeur et porté par les travailleurs en tout temps à l’intérieur, et ce, même si la distanciation est respectée. À l’extérieur, le port du masque est requis lorsque des interactions à moins de 2 mètres sont inévitables. 

Le masque peut être retiré pour une période la plus courte possible dans les situations suivantes :

  • pour des raisons de santé ou de sécurité (ex. : buée obstruant la vue pendant la conduite d’un véhicule ou de machinerie);
  •  s’il nuit à la communication (ex. : pour la présentation de nouvelles, le secteur de la production audiovisuelle ou de l’information, ou les conférences de presse);
  • s’il nuit à la compréhension ou à l’apprentissage (ex. : enseignement);
  • s’il empêche l’exécution des tâches liées à un emploi (ex. : un chanteur ou un musicien d’instrument à vent);
  • si la personne travaille seule dans une cabine ou une pièce fermée (ex. : dans un bureau avec murs et porte, dans un camion ou dans un habitacle);
  • lorsque la personne mange et boit (ex. : lors des repas et des pauses).

Dans le cas où les conditions environnementales mettent en péril l’efficacité du masque de qualité, le port d’une visière seule est une solution exceptionnelle à appliquer, en dernier recours (voir document de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) : Hiérarchisation des mesures de contrôle en milieu de travail). 

Le port de la visière ne doit pas représenter un risque supplémentaire pour la sécurité du travailleur ou de la travailleuse dans la réalisation des tâches.

L’utilisation d’un appareil de protection respiratoire (APR), muni d’un filtre à particules, nécessaire pour se prémunir des autres risques respecte les exigences précitées relatives au port du masque de qualité. 

Bien que le port d’un couvre-visage (masque artisanal), recommandé notamment dans les espaces publics, l’autobus et le métro, peut contribuer à la diminution de la propagation de la COVID-19 parmi la population, en complément des autres mesures de santé publique, il n’est pas recommandé sur les chantiers de construction. Le couvre-visage n’est pas un équipement de protection individuelle. Sans certification, il n’offre pas un degré de protection suffisant pour protéger la santé et la sécurité des travailleurs.

Solutions pour contrer le stress, l’anxiété et la déprime qui sont associés à la COVID-19

L’actuelle pandémie de COVID-19 constitue une réalité particulière et inhabituelle. Il est normal de vivre de la peur, du stress, de l’anxiété ou de la déprime.

Les moyens pour améliorer sa situation sont de bien s’informer, de prendre soin de soi et d’aller chercher de l’aide au besoin.

Voici des numéros de téléphone utiles pour avoir de l’aide :

  • Programme Construire en santé : 1 800 807-2433
  • Service de consultation téléphonique psychosociale Info-Social : 811
  • Centre de prévention du suicide : 1 866 277-3553
Rappel des mesures d’hygiène de base de la Direction de la santé publique
  • Lavez-vous les mains souvent à l’eau tiède courante et au savon pendant au moins 20 secondes.
  • Utilisez une solution hydroalcoolique ayant une concentration en alcool d’au moins 60 % si vous n’avez pas accès à de l’eau et à du savon.
  • Observez les règles d’hygiène lorsque vous toussez ou éternuez :
    • Couvrez-vous la bouche et le nez avec votre bras afin de réduire la propagation des gouttelettes;
    • Si vous utilisez un mouchoir en papier, jetez-le dès que possible et lavez-vous les mains par la suite.
  •  Si vous avez un des symptômes de la COVID-19, restez à la maison et composez au besoin le 1 877 644-4545 (sans frais).
  •  Évitez le contact direct pour les salutations, comme les poignées de main, et privilégiez plutôt l’usage d’autres pratiques.
  • Appliquez la distanciation physique.

Remerciements

Tous nos remerciements à nos partenaires qui ont participé à l’élaboration des guides de mesures sanitaires.

Ressources complémentaires

Aidez-nous à améliorer notre site Web

Est-ce que l’information qui se trouve dans cette page vous a été utile?
Évitez d’inscrire vos coordonnées personnelles puisque que vous ne recevrez aucune réponse.