Aller au contenu principal

Les origines de la discrimination basée sur le sexe

Concentration des femmes dans des emplois typiquement féminins

Les femmes sont présentes sur le marché du travail depuis des décennies. Au moment où les femmes sont entrées sur le marché du travail, elles obtenaient des emplois qui étaient le prolongement de leurs tâches à la maison. Ces emplois étaient souvent liés aux services et aux soins donnés aux personnes. La société a alors commencé à considérer que les qualités nécessaires pour occuper ces emplois étaient des qualités dites féminines.

Aujourd’hui, les femmes peuvent occuper l’emploi qu’elles désirent, qu’il soit considéré comme un emploi féminin ou masculin. Par exemple, les femmes occupent de plus en plus des emplois dans des secteurs auparavant réservés aux hommes, comme la construction, et les hommes occupent de plus en plus d’emplois dans les secteurs des services et des soins donnés aux personnes.

Malgré ces changements et même avec l’adoption de la Loi sur l’équité salariale en 1996, les emplois typiquement féminins sont encore sous-évalués sur le marché du travail.

Le saviez-vous?

Le 21 novembre 2021 marque le 25e anniversaire de la Loi sur l’équité salariale. Apprenez-en plus sur l’apport de cette loi en consultant notre vidéo historique.

Stéréotypes et préjugés qui influencent la rémunération et créent des écarts salariaux

Les stéréotypes sur le rôle des femmes et les préjugés sur la valeur de leur travail ont influencé leur rémunération et ont créé des écarts salariaux avec les emplois typiquement masculins.

Au fil du temps, certaines qualités ont été associées surtout à des emplois féminins ou masculins.

Par exemple, l’empathie pour les infirmières, la courtoisie pour les réceptionnistes, la dextérité pour les couturières ou le sens de l’organisation chez les secrétaires pouvaient être des stéréotypes associés aux femmes. C’est la même chose pour les qualités qui pouvaient être associées aux hommes, comme la force et l’endurance pour un charpentier-menuisier ou le leadership pour un directeur de banque.

Les qualités qui ont été surtout associées à des emplois féminins ont été dévalorisées, parce qu’elles sont considérées comme liées au rôle des femmes dans la famille. Plus les tâches à faire se rapprochent des tâches faites à la maison ou dans la famille, plus leur valeur diminue aux yeux de la société, ce qui entraîne un salaire plus bas pour les emplois typiquement féminins.

La société a aussi longtemps estimé qu’un homme devait recevoir un salaire plus élevé qu’une femme parce qu’il devait soutenir sa famille. Le salaire d’une femme était alors considéré comme un revenu complémentaire, mais non essentiel.

Ces stéréotypes et ces préjugés sont à l'origine de la discrimination systémique basée sur le sexe. Cela veut dire qu’on traite différemment les femmes, sans même s’en rendre compte, parce que la discrimination est ancrée dans les façons de faire et les pratiques de la société.

Cette discrimination est faite sans nécessairement que l’on en ait conscience. Elle est subtile et bien souvent involontaire.

Mieux évaluer la valeur des emplois

Dans les outils utilisés depuis plusieurs décennies pour évaluer les emplois, les qualités requises pour occuper des emplois typiquement féminins n’étaient pas reconnues à leur juste valeur.

Pour évaluer les emplois, on doit se concentrer sur des facteurs objectifs comme les qualifications, les responsabilités, les efforts et les conditions de travail. Ces facteurs permettent d’évaluer les emplois féminins à leur juste valeur. Ils permettent aussi de corriger les écarts salariaux entre les emplois féminins et masculins de même valeur.

Lois et règlements

Aidez-nous à améliorer notre site Web

Est-ce que l’information qui se trouve dans cette page vous a été utile?
Évitez d’inscrire vos coordonnées personnelles puisque que vous ne recevrez aucune réponse.