Aller au contenu principal

Décès

Si vous consultez cette page à la suite du décès d’un proche, nous comprenons que vous vivez des moments difficiles.

En cas de décès d’un proche, les travailleuses et travailleurs peuvent s’absenter du travail. Durant leur absence, leur lien d’emploi est protégé.

Décès ou funérailles d’un proche

Le travailleur a droit à 5 journées de congé, dont 2 payées, lors du décès ou des funérailles de : 

  • son conjoint ou sa conjointe
  • son enfant
  • l’enfant de son conjoint ou sa conjointe
  • son père ou sa mère
  • son frère ou sa sœur

Il peut aussi s’absenter du travail 1 journée sans salaire lors du décès ou des funérailles :

  • de son gendre ou de sa belle-fille
  • d’un de ses grands-parents
  • d’un de ses petits-enfants
  • d’un de ses beaux-parents (père ou mère de son conjoint ou sa conjointe)
  • de son beau-frère ou de sa belle-sœur (frère ou sœur de son conjoint ou sa conjointe)

Le congé doit être pris entre le moment du décès et les funérailles. Ainsi, certains jours de congé pourraient être utilisés au moment du décès puis, après un retour au travail, d’autres jours de congé pourraient être pris lors des funérailles.

Décès d’un enfant mineur

Le travailleur peut s’absenter du travail sans salaire jusqu’à 104 semaines à la suite du décès de son enfant mineur.

Décès d’un enfant lorsqu’un parent est en congé de paternité, parental ou d’adoption

En cas de décès d’un enfant pour lequel le parent est admissible à des prestations de paternité, parentales ou d’adoption, les prestations seront versées jusqu'à la fin de la 2e semaine suivant celle du décès. Ces prestations s’appliquent si le nombre maximal ainsi que la période de prestations ne sont pas atteints.
 

Lois et règlements

Aidez-nous à améliorer notre site Web

Est-ce que l’information qui se trouve dans cette page vous a été utile ?
Évitez d’inscrire vos coordonnées personnelles puisque que vous ne recevrez aucune réponse.