Conclusions de l’enquête de la CNESST

Décès d’un contremaître de l’entreprise Acier Sélect inc. à Saint Jean sur-Richelieu : la méthode de travail est en cause

Saint-Jean-sur-Richelieu, le 8 mars 2017

Le 28 juin 2016, M. Aurélien Brisson, contremaître au service de l’entreprise Acier Sélect inc., a perdu la vie des suites d’un accident du travail survenu à Saint-Jean-sur-Richelieu. À la suite de son enquête, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) retient comme principale cause la méthode de travail utilisée, qui a exposé le contremaître à un renversement de la passerelle métallique.

Au Québec, depuis cinq ans, neuf travailleurs sont décédés après avoir été coincés ou écrasés par des matériaux qui s’effondrent.

Le contremaître s’est retrouvé coincé entre la passerelle et un tréteau métallique

Le jour de l’accident, le contremaître opérait le pont roulant pour aider un travailleur à retourner une passerelle métallique. Le contremaître et le travailleur se trouvaient de chaque côté de la passerelle. Alors que le travailleur était dans l’escabeau, afin de repositionner les élingues, il s’est appuyé sur le haut de la passerelle, maintenue à la verticale. C’est à ce moment que celle-ci a basculé sur le contremaître. II a alors été coincé entre la passerelle et un tréteau métallique, avant de se retrouver au sol. Les services d’urgence ont été appelés sur les lieux de l’accident. Le décès du contremaître a été constaté à l’Hôpital du Haut-Richelieu.

Deux causes expliquent l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident.

D’une part, la passerelle, maintenue à la verticale, a basculé sur le contremaître qui se trouvait dans la trajectoire de chute de celle-ci.

D’autre part, la méthode de travail consistant à utiliser des tréteaux métalliques reliés à la passerelle par des points de soudure pour son maintien en position verticale a exposé le contremaître à un renversement de la passerelle métallique.

Les exigences de la CNESST

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit tous les travaux nécessitant le levage ou la manipulation d’une charge à l’aide d’un appareil de levage. L’employeur a élaboré une procédure de levage et de manipulation générale des pièces métalliques ainsi qu’une procédure de levage et de manipulation spécifique d’une passerelle. Les travailleurs ont été informés de ces nouvelles méthodes de travail. La reprise des travaux a ensuite été autorisée.

Comment éviter un tel accident

La CNESST rappelle que l’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité des travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires. L’employeur et les travailleurs doivent faire équipe pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Pour en savoir plus sur la prévention de ce type d’accidents et l’analyse de risque en vue d’établir une méthode de travail sécuritaire, visitez le : http://www.cnesst.gouv.qc.ca/identification-risques.

Suivis de l’enquête

Dans le but de sensibiliser les milieux de travail, la CNESST transmettra les conclusions de ce rapport à toutes les associations sectorielles paritaires du Québec.