Décès d’un travailleur de La ferme Pittet inc., à Saint-Tite : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Trois-Rivières, le 7 septembre 2017

Le 22 février 2017, César Ariel Garcia Garcia, ouvrier agricole au service de l’entreprise La ferme Pittet inc., perdait la vie au travail à Saint-Tite. Alors qu'il effectuait des travaux dans un bâtiment agricole, le bâtiment s’est effondré et il a été écrasé sous le poids des décombres. À la suite de son enquête, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) retient comme principale cause que les fondations du bâtiment de ferme n’offraient pas la retenue latérale suffisante pour supporter le poids de la charpente d’acier et de la neige qui s’y trouvait.

Au Québec, depuis 5 ans, 18 travailleurs du secteur de l’agriculture ont perdu la vie au travail.

Le bâtiment s’effondre sur le travailleur

Le jour de l’accident, six travailleurs, dont M. Garcia Garcia, s’affairaient à certaines tâches de soin des animaux, de nettoyage, de ramassage de béton et d’entretien mécanique à l’intérieur d’un bâtiment agricole. Au cours de la journée, cinq des travailleurs sont sortis du bâtiment. M. Garcia Garcia poursuivait seul ses activités à l’intérieur lorsque le bâtiment s’est effondré. M. Garcia Garcia manquant à l’appel, les secours ont été appelés et une importante équipe spécialisée en recherche et sauvetage a été déployée sur les lieux. Le travailleur a été retrouvé une journée plus tard sous les décombres. Son décès a été constaté sur place.

Une cause explique l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir une cause pour expliquer l’accident, soit que les fondations du bâtiment de ferme n’offraient pas la retenue latérale suffisante pour supporter le poids de la charpente d’acier et de la neige qui s’y trouvait. Une conception des fondations tenant compte des charges latérales à supporter aurait permis d'éviter l’effondrement du bâtiment.

Les exigences de la CNESST

À la suite de l’accident, la CNESST a exigé de l’employeur qu’il interdise l’accès aux bâtiments de ferme situés à proximité du bâtiment s’étant effondré et qu’il procède au déneigement des toits des bâtiments avoisinants. L’employeur s’est conformé aux demandes et aux décisions des inspecteurs.

Comment éviter un tel accident

La CNESST rappelle qu’en période hivernale, il est important de vérifier régulièrement l’épaisseur de neige sur le toit et de ne pas laisser cette dernière s’accumuler. Les signes de surcharge peuvent se manifester notamment par l’apparition de fissures dans les murs porteurs, le coincement de portes, la déformation de plafonds ou de murs ou la manifestation de craquements inhabituels.

Pour en savoir plus sur le déneigement des toitures : cnesst.gouv.qc.ca/deneigement.

La CNESST porte également à l’attention des employeurs l’importance de faire vérifier la structure et les fondations de leur bâtiment par un membre d’un ordre professionnel du Québec reconnu en cette matière lors de toute modification structurale, d’ajout d’équipement sur une toiture ou de la construction d’un bâtiment adjacent en surplomb.

Suivis de l’enquête

Afin d'éviter qu’un tel accident se reproduise, la CNESST communiquera à l'Union des producteurs agricoles les conclusions de cette enquête dans le but qu'elle en informe ses membres.