Trois travailleurs blessés à la mine Westwood, en Abitibi-Témiscamingue : la CNESST rend public son rapport d’enquête

Rouyn-Noranda, le 6 septembre 2018

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident ayant blessé trois employés de la mine Westwood, exploitée par l’entreprise IAMGOLD Corporation, le 10 septembre 2017, à Rouyn-Noranda.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, un mineur et deux superviseurs se trouvaient dans une galerie de la mine. Le mineur était affecté au lavage et au purgeage (action de provoquer la chute des blocs de roches instables sur une paroi) des parois de la galerie. Après avoir positionné la foreuse à flèche dans la galerie, le mineur a d’abord procédé au nettoyage des parois et du front de taille de l’excavation à l’aide d’un boyau. C’est alors que les travailleurs ont entendu des crépitements provenant du roc. Le mineur a ensuite procédé au purgeage du toit et des murs gauche et droit de l’excavation à l’aide de la foreuse à flèche. Puis, lorsqu’il a touché la partie supérieure du front de taille avec la tige de sa foreuse à flèche, un violent coup de terrain (1,21 MW et 250 tonnes de roches) est survenu, et les trois hommes ont été frappés par des roches. Des sauveteurs miniers ont évacué les blessés vers la surface. Ces derniers ont alors été pris en charge par les services ambulanciers et transportés vers le centre hospitalier de la région.

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • l’excavation d’une galerie dans une zone à risque, en raison de la nature des roches ainsi que de la profondeur et de la présence d’une faille, a engendré une accumulation de contraintes menant à une rupture du massif rocheux
  • la planification des travaux pour le contrôle du terrain était déficiente, en ce sens que des interactions planifiées sur des surfaces à risque exposaient le mineur et les deux superviseurs à un danger de projection de roches.a planification des travaux pour le contrôle du terrain était déficiente, en ce sens que des interactions planifiées sur des surfaces à risque exposaient le mineur et les deux superviseurs à un danger de projection de roches

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit l’accès à la galerie. De plus, elle a autorisé le lavage et la cueillette de la roche abattue uniquement à distance de cette galerie conformément à une procédure, incluant un plan et devis, élaborée par l’employeur.

Comment éviter un tel accident

Les entreprises du secteur minier doivent composer avec les activités sismiques du sol qui peuvent engendrer des risques d’effondrements ou de coups de terrain. Pour prévenir des accidents, une attention particulière doit être portée à cet aspect lors des analyses de risques réalisées préalablement aux travaux. Puis, il faut favoriser, lorsque cela est faisable, les méthodes de travail qui contribuent à réduire l’exposition des travailleurs aux risques. Il est notamment possible de privilégier l’utilisation d’équipements mécanisés, d’équipements opérés à distance, de cages ou de cabines de protection afin de réduire l’exposition des travailleurs.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il doit notamment les informer adéquatement sur les risques liés à leur travail et leur assurer la formation, l’entraînement et la supervision appropriés afin de faire en sorte qu’ils puissent accomplir de façon sécuritaire le travail qui leur est confié.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • La CNESST transmettra les conclusions de cette enquête à l’Association minière du Québec et à l’Association des entrepreneurs miniers du Québec, afin non seulement d’informer leurs membres, mais aussi et de les sensibiliser à l’importance d’évaluer et de développer d’autres moyens pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs lors de travaux dans des excavations avec des risques d’effondrements ou de coups de terrain.
  • Le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant le programme d’études Extraction de minerai, pour sensibiliser les futurs travailleurs.