Décès d’un travailleur de Arbospec après une chute de 13 mètres du haut d’un arbre : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Longueuil, le 6 mars 2018
​​

La CNESST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à M. Daniel Gagné, travailleur au service de l’entreprise Arbospec, le 27 octobre 2017, à Pincourt.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, M. Gagné s’affairait à des travaux de démontage et d’abattage d’un arbre dans la cour d’une résidence privée. Attaché à son harnais de sécurité, il s’est installé debout sur le tronc en angle de l’arbre, à une hauteur d’environ 13 mètres, pour couper une branche à l’aide de sa scie à chaîne. Une fois coupée, la branche, qui faisait 8 mètres de longueur, a cédé et est allée frapper le tronc de l’arbre, quelques mètres sous la position du travailleur. À ce moment, la partie supérieure du tronc a également cédé et chuté au sol, entraînant M. Gagné. Les services d’urgence ont été appelés sur les lieux de l’accident et le travailleur a été transporté au centre hospitalier, où il est décédé des suites de ses blessures le 31 octobre 2017.

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • Lors de travaux de démontage d'un arbre, le tronc et la branche sur lesquels le travailleur était appuyé et attaché ont cédé, puis chuté sous le choc d'une section coupée. Le travailleur a alors été entraîné dans une chute de 13 mètres;
  • L'évaluation de la santé de l'arbre, la planification et la communication lors des travaux de démontage ont été déficientes et elles ont exposé le travailleur à un danger de chute.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit à l’employeur, Arbospec, la poursuite des travaux d’abattage du tronc de l’arbre toujours en place et l’utilisation des cordages, des accessoires et de l’équipement utilisés au moment de l’accident. Les travaux seront terminés au printemps 2018, à l’aide d’un engin à nacelle ou d’une autre mesure équivalente permettant d’éviter de grimper sur l’arbre.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents lors de travaux de démontage et d’abattage d’un arbre, l’employeur doit d’abord évaluer la santé de l’arbre afin de déterminer la méthode de travail sécuritaire à utiliser en tenant compte de la dangerosité de l’arbre.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à la Société internationale d’arboriculture Québec, pour que ses membres, qui sont susceptibles d’effectuer des activités d’élagage, de démontage et d’abattage d’arbres, en soient informés;
  • Le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant le programme d’études Arboriculture-élagage pour sensibiliser les futurs travailleurs.

Pour plus d’information sur la prévention des accidents liés à l’élagage d’arbres : cnesst.gouv.qc.ca/elagage