Conclusions de l’enquête de la CNESST

Décès d’un camionneur sur un site de dépôt à neige de la Ville de Trois-Rivières : la gestion de la circulation piétonnière est en cause

Trois-Rivières, le 31 mai 2017

Le 26 janvier 2017, Allen Pelusso, un camionneur employé par l’entreprise André Bouvet ltée, est coincé mortellement par le panneau arrière de la benne de sa semi-remorque lors d’une avalanche de neige. Parmi les causes à l’origine de l’accident, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) discerne des lacunes dans la gestion de l’interaction entre la circulation piétonnière et les opérations d’empilement de la neige sur le site de dépôt à neige.

Au Québec, depuis 5 ans, 40 travailleurs sont décédés après avoir été coincés par de l’équipement ou des objets.

Le travailleur a été coincé mortellement lors d’une avalanche de neige

La Ville de Trois-Rivières compte trois sites de dépôt à neige, dont un situé sur la rue Bellefeuille. Depuis quelques années, Cap Excavation inc. gère de façon contractuelle l’empilement de la neige sur ce site. Le matin de l’accident, le camionneur arrive sur le site de dépôt à neige de la rue Bellefeuille afin d’y déverser son chargement de neige. Comme à l’habitude, il recule sa semi-remorque au pied de l’amoncellement de neige et incline la benne pour procéder au déchargement. Une fois celui-ci effectué, il l’avance d’environ cinq mètres de son déchargement, tout en laissant la benne inclinée. Par la suite, le camionneur descend de son véhicule et se rend à l’arrière de sa semi-remorque pour s’assurer qu’il n’y a plus de neige dans la benne. Pour ce faire, il insère une partie de son corps entre le panneau arrière et le bâti de la benne pour regarder à l’intérieur. Au même moment, une avalanche de neige se produit, alors qu’une souffleuse en marche est positionnée entre l’arrière de la semi-remorque et l’amoncellement de neige. La souffleuse est alors déplacée latéralement vers la gauche sur une distance de près de six mètres et frappe le panneau arrière de la benne, écrasant ainsi le camionneur.

Deux causes expliquent l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident.

D’une part, une avalanche de neige a poussé une souffleuse contre l’arrière d’une semi remorque écrasant ainsi mortellement le travailleur.

D’autre part, la gestion de l’interaction entre la circulation piétonnière et les opérations d’empilement de la neige sur le site de dépôt à neige n’a pas assuré la sécurité des travailleurs, notamment en présence d’avalanche.

Les exigences de la CNESST

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit toute circulation piétonnière sur le site. De plus, elle a exigé de la Ville de Trois-Rivières et de Cap Excavation inc. l’aménagement d’une zone sécurisée permettant aux camionneurs de descendre de leur véhicule en toute sécurité. Les employeurs se sont conformés à cette exigence.

Suivis de l’enquête

Afin d’éviter qu’un tel accident se reproduise, la CNESST demandera à l’Association nationale des camionneurs artisans inc., à l’Association du camionnage du Québec ainsi qu’à l’Union des municipalités du Québec d’informer leurs membres des conclusions de l’enquête et de leur rappeler la nécessité de respecter les consignes concernant la circulation piétonnière dans les dépôts à neige.

De plus, dans le cadre de son partenariat avec la CNESST visant l’intégration de la santé et de la sécurité du travail dans la formation professionnelle et technique, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur diffusera, à titre informatif et à des fins pédagogiques, le rapport d’enquête dans les établissements de formation qui offrent les programmes d’études Transport par camion.