Jeune travailleur au service de Gaz Propane Raymond 1996 inc. grièvement blessé : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Joliette, le 14 septembre 2017

Le 30 janvier 2017, à Terrebonne, un jeune travailleur au service de l’entreprise Gaz Propane Raymond 1996 inc. a été grièvement blessé par une barrière motorisée qu’il s’affairait à réparer. Parmi les causes de l’accident, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) identifie des lacunes dans la planification et la supervision des tâches de réparation de la barrière motorisée.

Le travailleur se retrouve coincé

Le jour de l’accident, le travailleur aidait son employeur à réparer la barrière motorisée servant à contrôler l’accès à la cour de l’entreprise. Au moment de l’accident, le travailleur replaçait un protecteur fixe, qui recouvrait les engrenages de la chaîne de traction de la barrière. Pour ce faire, il s’était inséré entre la structure fixe de la barrière motorisée et le boîtier du détecteur à cellule photoélectrique. Alors qu’il était présent dans cette zone, l’ouverture de la barrière s’est amorcée accidentellement. Le travailleur a alors été coincé entre la structure de la barrière et le boîtier du détecteur à cellule photoélectrique.

Deux causes expliquent l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident.

D’une part, une pression inopinée sur une télécommande a provoqué l’ouverture intempestive de la barrière motorisée alors que le travailleur se trouvait entre celle-ci et le boîtier du détecteur à cellule photoélectrique.

D’autre part, la planification et la supervision des tâches de réparation de la barrière motorisée présentaient des lacunes, car les tâches étaient effectuées sans le contrôle des énergies dangereuses.

Les exigences de la CNESST

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit l’utilisation de la barrière et a exigé de l’employeur qu’il s’assure que son fonctionnement est sans danger, que le dispositif de commande du système mécanique permet son arrêt et sa mise en marche sécuritaires et qu’une méthode de contrôle des énergies dangereuses sera élaborée. L’employeur s’est conformé à ces exigences.

Prévenir les accidents

La CNESST rappelle que, trop souvent, des travailleurs meurent ou se blessent lors de travaux d’installation, de réparation ou d’entretien effectués sur des machines non cadenassées ou cadenassées de façon incorrecte.

Le cadenassage permet de prévenir les blessures graves ou mortelles causées par le dégagement intempestif d’une source d’énergie. « Cadenassez » est le message que livre la CNESST aux milieux de travail afin de rappeler l’importance de pratiques sécuritaires pour l’installation, l’entretien et la réparation d’une machine, d’un équipement ou d’un procédé industriel. Pour en savoir plus, visitez le site Web de la CNESST : cnesst.gouv.qc.ca.

Suites de l’enquête

Afin de prévenir un tel accident, la CNESST transmettra le rapport d’enquête à l’Association canadienne de l’industrie de la clôture. La CNESST demandera à l’Association de sensibiliser les installateurs de clôtures au fait qu’un point de coupure des énergies est nécessaire pour chaque installation afin d’assurer la maîtrise des énergies lors de l’entretien des clôtures.