Décès d’un camionneur au service de Dany Dejardin dans le Canton de Hatley : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Sherbrooke, le 13 février 2018

Le camion gagne de la vitesse de manière incontrôlable

Tôt le matin du 12 juin 2017, M. Dostie s’est rendu à une carrière de Saint-François-Xavier-de-Brompton pour procéder au chargement de granulat en vrac dans le camion à benne appartenant à son employeur. Le camionneur a par la suite repris la route vers la municipalité de North Hatley. Lorsqu’il est arrivé à l’intersection du chemin de l’Université, dans le Canton de Hatley, la route 108 était fermée et des panneaux de signalisation temporaires indiquaient un détour. M. Dostie a suivi les indications destinées aux automobiles, plutôt que celles destinées aux poids lourds.

Durant la descente de la pente du chemin de l’Auberge, le camion a gagné de la vitesse de manière incontrôlable, les freins ne suffisant pas à le ralentir. M. Dostie constatant qu’il perdait la maîtrise de son véhicule, il a pris la décision de sauter du camion. Il s’est préparé à descendre en ouvrant la portière et en se plaçant sur le marchepied. Au moment où le camion a quitté la route pour traverser le fossé, le travailleur est tombé du marchepied et a été projeté sous les roues arrière gauches du camion. Les services d’urgence ont été appelés sur les lieux de l’accident. Le décès de M. Dostie a été constaté sur place.

Les causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • L’état mécanique déficient des freins du camion a diminué les moyens de contrôle que pouvait exercer le conducteur dans une pente;
  • En raison d’une fermeture de route, le conducteur du camion a emprunté un détour hasardeux pour les véhicules lourds.

Comment éviter un tel accident

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires. Il doit notamment s’assurer de fournir des véhicules sécuritaires et veiller à ce que ceux-ci soient maintenus en bon état.

L’employeur et les travailleurs doivent faire équipe pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

La CNESST informera des conclusions de son enquête l’Association du camionnage du Québec, l’Association nationale des camionneurs artisans inc., l’Association des routiers professionnels du Québec et le Regroupement des entrepreneurs et des camionneurs indépendants du Québec afin qu’ils sensibilisent leurs membres.

Notons que le véhicule détruit dans l’accident était le seul de l’employeur, lequel a par la suite cessé toutes ses activités.