Conclusions de l’enquête de la CNESST

Décès d’un agriculteur et d’un jeune travailleur à
Saint-Valérien-de-Milton : l’absence d’une procédure
de travail dans la préfosse à lisier est en cause

Saint-Hyacinthe, le 12 avril 2017
​​

Le 27 septembre 2016, M. Alain Beaudry et M. Anthony Lalumière de la Ferme Beau-Porc enr. sont tous deux retrouvés inconscients dans une préfosse à lisier d’une porcherie appartenant à cette entreprise, située à Saint-Valérien-de-Milton. À la suite de son enquête, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) retient, parmi les causes de l’accident, qu’aucune procédure de travail sécuritaire en espace clos n’avait été prévue avant l’entrée dans cette préfosse à lisier.

Au Québec, depuis 5 ans, 20 travailleurs sont décédés dans le secteur de l’agriculture, toutes causes confondues.

Exposition mortelle aux gaz de lisier

Le jour de l’accident, M. Alain Beaudry et M. Anthony Lalumière se sont rendus à la porcherie pour effectuer des travaux de réparation sur de la tuyauterie située au fond de la préfosse à lisier. Peu de temps après leur arrivée, ils ont tous deux été retrouvés inconscients dans la préfosse. Les services d’urgence ont été appelés sur les lieux de l’accident. Les deux hommes ont été transportés à l’Hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe, où leur décès a été constaté.

Deux causes expliquent l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident.

D’abord, le producteur de porcs et le travailleur ont été exposés à une atmosphère dangereuse due à la présence de gaz de lisier alors qu’ils se trouvaient dans la préfosse à lisier.

Ensuite, aucune procédure de travail sécuritaire en espace clos n’avait été prévue avant l’entrée dans la préfosse à lisier. Ainsi, les dangers présents dans l’espace clos n’ont pas été identifiés et les mesures de prévention appropriées n’ont pas été mises en place, notamment la ventilation de l’espace clos, l’utilisation d’un détecteur de gaz, le port d’un appareil de protection respiratoire, l’élaboration d’une procédure de sauvetage et l’utilisation des équipements de sauvetage.

La CNESST exige une procédure de travail sécuritaire

À la suite de l’accident, la CNESST a exigé que l’employeur, la Ferme Beau-Porc enr., élabore une procédure de travail sécuritaire en espace clos avant tout travail dans une préfosse à lisier.

Comment éviter un tel accident

Pour éviter la répétition d’un accident semblable, la CNESST, la Direction de santé publique de la Montérégie (DSP) et la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Montérégie unissent leurs voix pour rappeler les mesures de prévention à prendre pour le travail sécuritaire dans les préfosses à lisier. Elles rappellent que le travail doit se faire à partir de l’extérieur, notamment parce qu’il peut y avoir présence de gaz toxiques dans la préfosse. S’il est absolument nécessaire d’y entrer, il faut appliquer une procédure sécuritaire de travail en espace clos.

Cette procédure doit être établie par une personne qualifiée, et elle comprend l’identification des dangers spécifiques à l’espace clos, la ventilation adéquate, le port de l’équipement de protection individuelle, l’élaboration d’une procédure de sauvetage, l’utilisation des équipements de sauvetage ainsi que la formation des travailleurs.

Pour en savoir plus sur la prévention des accidents liés aux travaux dans les préfosses et les fosses à lisier : www.cnesst.gouv.qc.ca/prevention/theme/prefosses_lisier/Pages/prefosses_lisier.aspx.

Suivis de l’enquête

Afin de sensibiliser les milieux de travail, la CNESST transmettra les conclusions de ce rapport à l’UPA, aux Éleveurs de porcs du Québec et à l’Association canadienne de sécurité agricole.

Par ailleurs, la CNESST, l’UPA et la DSP ont rencontré plus tôt en mars les élèves de l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe. Elles ont aussi tenu une rencontre d’information pour les agriculteurs à Saint-Valérien-de-Milton.

De plus, le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant les programmes d’études en agriculture pour sensibiliser les futurs travailleurs.

​​​​​​​​​